Restez connecté

Actualité Monde

«Parfois, la police ordonnait aux prisonniers de violer un autre détenu»

Publié

le

Torture camps concentration Xinjiang

Le témoignage d’un ancien policier chinois confirme que la torture a été utilisée à grande échelle dans les camps de concentration du Turkestan oriental (Xinjiang) pour fabriquer de faux coupables de «terrorisme» sur ordre du régime chinois. Dans ce témoignage publiée par CNN il y a une semaine, un policier lui-même auteur d’actes de tortures dans cette région à majorité musulmane raconte les sévices qu’ils infligeaient aux détenus. Voici l’article de CNN.

« Quand tu veux faire avouer quelqu’un, tu utilises une matraque électrique. On attachait deux fils électriques sur la pointe et on entourait leurs parties génitales alors qu’ils étaient immobilisés. Le résultat était meilleur. » a-t-il raconté. « Des centaines de policiers armés de fusils sont allés de maison en maison dans les communautés ouïghoures de l’extrême ouest de la Chine, tirant les gens de chez eux, les menottant et les encagoulant, et menaçant de leur tirer dessus s’ils résistaient »

« Donnez-leur des coups de pied, battez-les (jusqu’à ce qu’ils soient) meurtris et enflés », a déclaré le policier, se rappelant comment lui et ses collègues avaient l’habitude d’interroger les détenus dans les centres de détention de la police « Jusqu’à ce qu’ils s’agenouillent sur le sol en pleurant. » Pendant son séjour au Xinjiang, il a déclaré que chaque nouveau détenu était battu pendant le processus d’interrogatoire, y compris des hommes, des femmes et des enfants âgés de 14 ans à peine.

« Les méthodes comprenaient l’accrochage des personnes à une “chaise de tigre” en métal ou en bois – des chaises conçues pour immobiliser les suspects – la suspension des personnes au plafond, la violence sexuelle, les électrocutions et le waterboarding. Les détenus étaient souvent forcés de rester éveillés pendant des jours et privés de nourriture et d’eau » a-t-il déclaré. « Chacun utilise des méthodes différentes. Certains utilisent même une barre de démolition ou des chaînes de fer avec des serrures. La police marcherait sur le visage du suspect et lui dirait d’avouer. »

Les suspects ont été accusés d’infractions terroristes, a déclaré Jiang, mais il reconnaît que les centaines de prisonniers arrêtées n’a commis de crime. « Ce sont des gens ordinaires », a-t-il déclaré. Lorsque son patron lui avait demandé de participer à la campagne « Frappez fort » , il lui avait dit que « les forces séparatistes veulent diviser la patrie. Nous devons tous les tuer »

Lancée en 2014, la campagne « Frappez fort » a promu un programme de détention de masse des minorités ethniques de la région, qui pourraient être envoyées dans une prison ou un camp d’internement pour simplement « porter un voile », « avoir une longue barbe » ou avoir trop de nombreux enfants.

Au cours des opérations de routine pendant la nuit, Jiang a déclaré qu’ils recevraient des listes de noms de personnes à rassembler, dans le cadre des ordres visant à respecter les quotas officiels sur le nombre de Ouïghours à détenir. « Tout est planifié et il y a un système », a déclaré Jiang. « Tout le monde doit toucher une cible. Si quelqu’un résistait à l’arrestation, les policiers tiendraient l’arme contre sa tête et lui diraient de ne pas bouger. Si vous bougez, vous serez tué. » Il a déclaré que des équipes de policiers fouilleraient également les maisons des gens et téléchargeraient les données de leurs ordinateurs et téléphones.

Une autre tactique consistait à utiliser le comité de quartier du quartier pour réunir la population locale pour une réunion avec le chef du village, avant de les arrêter en masse.

Décrivant l’époque comme une « période de combat », Jiang a déclaré que les fonctionnaires traitaient le Xinjiang comme une zone de guerre, et les policiers ont été informés que les Ouïghours étaient des ennemis de l’État. Il a déclaré qu’il était de notoriété publique parmi les policiers que 900 000 Ouïghours et d’autres minorités ethniques ont été détenus dans la région en une seule année.

A l’intérieur des centres de détention de la police, l’objectif principal était d’extorquer des aveux aux détenus, la torture sexuelle étant l’une des tactiques, a déclaré Jiang. « Si vous voulez que les gens avouent, vous utilisez la matraque électrique avec deux pointes acérées sur le dessus , a déclaré Jiang. « Nous attachions deux fils électriques sur les pointes et plaçons les fils sur leurs organes génitaux pendant que la personne est attachée.»

Une « mesure très courante » de torture et de déshumanisation consistait pour les gardiens à ordonner aux prisonniers de violer et de maltraiter les nouveaux détenus de sexe masculin, a déclaré Jiang.

Abduweli Ayup, un universitaire ouïghour de 48 ans originaire du Xinjiang, a déclaré qu’il avait été arrêté le 19 août 2013, lorsque la police l’a récupéré à l’école maternelle ouïghoure qu’il avait ouverte pour enseigner aux jeunes enfants leur langue maternelle. Ils l’ont ensuite conduit jusqu’à sa maison voisine, qui, selon lui, était entourée de policiers armés de fusils.

Lors de sa première nuit dans un centre de détention de la police de la ville de Kashgar, Ayup dit qu’il a été victime d’un viol collectif par plus d’une douzaine de détenus chinois, qui avaient été invités à le faire par “trois ou quatre” gardiens de prison qui ont également été témoins de l’agression.

« Les gardiens de prison, ils m’ont demandé d’enlever mes sous-vêtements » avant de lui dire de se pencher, a-t-il dit. « Ne fais pas ça, j’ai pleuré. S’il te plaît, ne fais pas ça »

Il a déclaré qu’il s’était évanoui pendant l’attaque et s’était réveillé entouré de son propre vomi et de son urine. « J’ai vu les mouches, comme voler autour de moi », a déclaré Ayup. « J’ai trouvé que les mouches sont meilleures que moi. Parce que personne ne peut les torturer, et personne ne peut les violer. »

« J’ai vu que ces gars (se) moquaient de moi, et (disaient) qu’il est si faible », a-t-il déclaré. « J’ai entendu ces mots. Il dit que l’humiliation s’est poursuivie le lendemain, lorsque les gardiens de prison lui ont demandé : « Avez-vous passé un bon moment ? Il a déclaré qu’il avait été transféré du centre de détention de la police à un camp d’internement et qu’il avait finalement été libéré le 20 novembre 2014, après avoir été contraint d’avouer un crime de « collecte de fonds illégale ».

LES CAMPS DE CONCENTRATION DU XXIe SIÈCLE

Pour rappel, entre un et trois millions de musulmans essentiellement de l’ethnie ouïghoure sont détenus dans des camps de concentration où les pires atrocités psychologiques leur sont infligées. Ces derniers sont forcés de consommer du porc, de boire de l’alcool et de renier leur foi. Des témoins rapportent également des prélèvements d’organes sur des vivants comme sur des morts, et des femmes anciennement détenues racontent avoir été stérilisées de force dans les camps. Comme des images d’un autre temps, les prisonniers sont amenés dans ces camps menottés par voie ferroviaire. Les villages sont vidés, les mosquées sont désertées lorsqu’elles ne sont pas rasées ou transformées en bars ou en bureaux pour le PCC ou en lieux touristiques.

Ceux qui ne sont pas emprisonnés sont contraints d’accueillir dans leur domicile des agents du gouvernement qui les espionnent chez eux, dorment avec les épouses des hommes enfermés.

Journal des Mosquées de France : Actualité | Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité

Les plus lus