Restez connecté

Actualité Monde

Chine : stérilisation forcée des femmes ouïghoures dans les camps de détention

La Rédaction D&M

Publié

le

Selon d’anciennes détenues, des femmes musulmanes ouïgoures se font stériliser dans les camps d’internement pour minorités ethniques et religieuses en Chine, rapporte le quotidien britannique The Independent.

“Ils nous ont fait des injections de temps en temps”, a déclaré Gulbahar Jalilova, qui a été détenue pendant plus d’un an dans un des «centres de rééducation» du gouvernement au Xinjiang (Turkestan Oriental occupé).

“Nous devions passer le bras à travers une petite ouverture dans la porte”, a déclaré la femme de 54 ans à France24. “Nous avons vite remarqué que suite aux injections, nous n’avions plus nos règles.”

Un autre récit similaire raconté par une ancienne détenue à Amnesty International, celui de Mehrigul Tursun, 30 ans, qui vit actuellement aux États-Unis. Elle dit avoir avoir reçu des drogues et des injections inconnues alors qu’elle était détenue dans un camp d’internement en 2017. Elle a déclaré qu’elle s’était sentie «fatiguée pendant environ une semaine, avait perdu ses souvenirs et s’était sentie déprimée». Aux États-Unis, des médecins lui ont dit qu’elle avait été stérilisée, a-t-elle ajouté.

Environ trois millions de musulmans ouïghours et kazakhs sont détenus dans ces camps. Privés de leurs droits les plus élémentaires, les hommes et les femmes qui sont internés dans ces camps subissent torture physique et psychologique et sont forcés de manger du porc, de boire de l’alcool et de renier leur foi. Ceux qui sortent vivants de ces camps sont complètement transformés. Dans cette région stratégique et riche en ressources naturelles, les autorités détruisent massivement les mosquées, celles encore debout sont partiellement détruites pour effacer tout symbole de l’islam (dômes et minarets), les commerces musulmans et les restaurants halal sont forcés de retirer toute inscription faisant référence à la religion musulmane.

Les plus lus

ipsum Praesent suscipit sit commodo risus