Restez connecté

Actualité Monde

Le président chinois a ordonné d’être “sans pitié” avec les musulmans du Xinjiang

La Rédaction D&M

Publié

le

C’est un génocide qui se déroule sous nos yeux en 2019 dans l’indifférence des puissances mondiales. La presse parle enfin d’un projet concentrationnaire de la dictature communiste de Pékin contre sa minorité musulmane notamment celle de la province du Xinjiang (Turkestan Oriental occupé). Dans cette région, entre un et trois millions de musulmans sont internés dans des camps où ils subissent une épuration culturelle et religieuse. Privés de leurs droits les plus élémentaires, ils subissent des sévices physiques comme le prélèvement d’organes sur des vivants ou encore la stérilisation forcée des femmes, et psychiques où les détenus dont le seul crime est être musulmans sont forcés de renier leur foi et d’insulter leurs proches. Jusqu’à récemment la Chine reniait l’existence de ces camps puis en a reconnu l’existence prétendant que ces centres étaient destinés à la “formation professionnelle”.

Des documents révélés par le «New York Times» apportent la preuve de l’implication directe du président chinois dans ce génocide du 21e siècle. Xi Jinping a ordonnée d’être “sans pitié” avec les ouïghours. Dans ces documents de 400 pages fuités via un lanceur d’alertes, on retrouve notamment un discours adressé à des cadres du parti, où il les appelle à «lutter contre le terrorisme, l’infiltration et le séparatisme» en utilisant les «outils de la dictature» et en ne montrant «absolument aucune pitié» et il pose les bases d’une surveillance massive de cette communauté : «Pour assurer la stabilité dans le Xinjiang, il faut une vaste campagne de surveillance et de collecte de renseignements pour éliminer la résistance dans la société ouïghoure.»

Dans cette région occupée par la Chine depuis 1949, la visibilité de l’islam est farouchement combattue. Ainsi, le port de la barbe pour les hommes, le voile pour les femmes ou encore le refus de boire de l’alcool sont considérés comme des signes de radicalisation religieuse pouvant mener à l’internement dans ces camps de l’horreur. Ces “radicalisés” sont des criminels selon le Xi Jinping : «Il faut que les criminels soient rééduqués et transformés. Et même après leur libération, leur éducation et leur transformation doivent continuer.»

Dans ces documents, on retrouve également un guide donnant aux fonctionnaires les réponses à apporter aux étudiants ouïghours qui, en rentrant chez eux pour les vacances, découvrent que leur famille, grands-parents compris, a disparu : «Quel que soit l’âge, tous ceux qui ont été infectés par le virus de l’extrémisme religieux doivent être soignés et mis en quarantaine avant que la maladie ne se répande. […] Vous devez être reconnaissants aux autorités d’avoir éloigné vos proches.»

Pour rappel, Trente-sept pays, dont la Russie, l’Arabie saoudite, l’Algérie, la Syrie et la Corée du Nord soutiennent cette politique criminelle de Pékin qui n’a d’autre but que d’effacer l’identité musulmane de cette région d’Asie centrale.

Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Avatar

    Badji

    20 novembre 2019 à 23 h 12 min

    Soyons endurant,quiconque le sera rétribué le jour du jugement dernier Allahoh Akbar Que Dieu ait pitié aux musulmans partout où ils se trouvent

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité Enter ad code here

Les plus lus