Restez connecté

Actualité Monde

VIDÉO. Vidée de ses fidèles, la mosquée historique de Kashgar est ouverte aux touristes

La Rédaction D&M

Publié

le

La mosquée Id Kah de Kashgar vide

La mosquée Id Kah de Kashgar est le symbole de l’épuration ethnique, culturelle et religieuse de la minorité musulmane ouïghoure. Jadis, cette mosquée qui a traversé plus de cinq siècles d’histoire (construite en 1442) était très fréquentée par les fidèles de la ville, les vendredis et les jours de fête, plus de 10 000 fidèles s’y rendaient (vidéo 1, 2014). Une esplanade pleine à craquer.

Mais depuis l’ouverture des camps de concentration dans cette région colonisée par Pékin, cette mosquée considérée comme étant la plus grande du pays est vidée de ses fidèles pour laisser place à des touristes venus des quatre coins de la Chine. Son esplanade comme le reste de la ville est bordée de caméras de vidéosurveillance. L’entrée de la mosquée est surveillée en permanence par des policiers en civils, une photo de propagande du dictateur de Pékin est installée à l’intérieur de l’édifice et le drapeau chinois flotte désormais sur la structure.

Des danses collectives sont parfois organisées sur l’esplanade comme pendant les jours des fêtes musulmanes pour le plaisir des touristes. La population locale est bestialisée et humiliée.

Depuis l’occupation de cette région par la Chine en 1949, plus de 6 000 mosquées parmi les 16 000 que comptait cette riche région ont été détruites ou transformées, certaines en QG pour le Parti Communiste Chinois. Récemment, des images satellites ont révélé que deux mosquées vieilles de 600 et 800 ans et situées respectivement à Keriya et Kargilik ont été rasées par les autorités.

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité

Les plus lus