Restez connecté

Actualité Monde

Zhu Hailun, l’artisan de l’épuration ethnique des Ouïghours

La Rédaction D&M

Publié

le

De nouveaux documents confidentiels (China Cables) révélés par un consortium de journalistes d’investigation (ICIJ) montre le rôle principal d’un personnage considéré comme l’architecte de l’internement de trois millions de musulmans essentiellement de l’ethnie ouïghoure dans la province du Xinjiang (Turkestan Oriental occupé). Cet homme s’appelle Zhu Hailun.

Il s’agit du numéro 2 du parti communiste au Xinjiang. C’est l’homme qui a approuvé le document le plus explosif des “China Cables” : le “manuel” d’organisation des camps de “rééducation”, ces centres où sont internées des millions de personnes. Ce mémo de 2017 dresse le portrait d’un système carcéral où les individus à “rééduquer” peuvent être retenus pour une durée indéterminée, sont placés sous une surveillance constante et soumis à un programme d’endoctrinement intensif. Zhu Hailun est arrivé au Xinjiang en 1975, dans le cadre d’un programme du régime qui incitait les jeunes cadres ambitieux du parti à vivre quelques années dans des régions plus reculées du pays. “Mais contrairement à la plupart de ses semblables qui revenaient rapidement dans leur ville d’origine à la fin de leur affectation, Zhu Hailun a choisi de rester au Xianjiang”, note l’ICIJ.

Depuis, cet homme a lentement gravi les échelons du parti jusqu’à la fin des années 1990. Il avait l’habitude d’organiser des raids policiers en pleine nuit dans les villages ruraux à majorité musulmane pour “assurer sa mission de maintien de l’ordre”. Après les émeutes interethniques de 2009 à Urumqi, la régime la placé comme chef de parti dans cette ville où il a organisé une vaste campagne de harcèlement par la police de la population musulmane.

Crédit photo : China Daily

Journal des Mosquées de France : Actualité | Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité Enter ad code here

Les plus lus