Restez connecté

Éditoriaux

ÉDITO. Vers une répression à la chinoise pour les musulmans de France ?

Issâ AR-RÛMÎ

Publié

le

En à peine dix folles journées, «nuits de cristal» médiatiques inaugurées par une exhortation télévisée à la guerre civile et à l’épuration ethnico-religieuse et clôturées par un appel présidentiel à la délation généralisée contre la «cinquième colonne» musulmane, diverses personnalités politiques ou intellectuelles françaises – certaines au pouvoir, d’autres qui aspirent à l’être – ont publiquement et à tour de rôle appelé : au «criblage» des femmes de ménage voilées et des fonctionnaires dont les épouses portent le hijab et/ou qui enfilent un vêtement moyen-oriental le vendredi de 13h30 à 14h, au licenciement des coupables de «comportements contraires aux valeurs de la République» (catégorie que l’on sait d’expérience extensible à l’infini), au fichage et à la persécution administrative de l’ensemble des nouveaux convertis à l’islam, à la mise en place de procédures douteuses de mixité contrainte en lieu clos (sûrement inspirées de l’exemple chinois), à l’interdiction de l’ouverture de nouvelles mosquées, à la désignation des Frères Musulmans comme organisation terroriste (sic) et du salafisme comme dérive sectaire ainsi qu’à la fermeture des lieux de culte liés à ces deux courants, ou encore à la dénonciation de quiconque refuserait le contact physique avec le sexe opposé, porterait une barbe, pratiquerait la prière de manière régulière ou connaîtrait une certaine ferveur religieuse durant le mois de ramadan – et d’autres lumineuses propositions similaires ont probablement échappé à ma vigilance.

Sans se livrer à un point Godwin qui serait pourtant de rigueur, force est toutefois de constater que les digues vers une «ouïghourisation» à moyen terme des musulmans de France semblent tomber une à une. L’on voit mal ce qui pourrait désormais enrayer la fuite en avant hystérique d’une classe politico-médiatique française en roue libre intégrale, entraînant avec elle le pays tout entier dans un maccarthysme généralisé (sauce Macron) sous l’épée de Damoclès permanente d’un châtiment par le sang (sauce Zemmour)… Fuyez, pauvres fous!

Les plus lus