Restez connecté

Éditoriaux

ÉDITO. Les racines françaises du terrorisme suprémaciste blanc

La Rédaction D&M

Publié

le

Ils tuent pour que vive la race blanche. Les attentats attribués à des individus se réclamant du suprémacisme blanc se sont multipliés ces derniers temps. Ils disent vouloir défendre la civilisation blanche chrétienne mise en péril par les musulmans et autres immigrés venus “remplacer les peuples occidentaux”.

D’Anders Breivik à Oslo (77 morts) à Brenton Tarrant à Christchurch (51 morts) en passant par Patrick Cursius à El Paso (22 morts), ces attentats sont de plus en plus sanglants. Leur auteurs s’inspirent de la théorie dite du “grand remplacement” développée par l’écrivain français d’extrême droite Renaud Camus selon laquelle il existerait un processus délibéré de substitution de la population française et occidentale plus généralement par une population non occidentale.

Le 15 mars 2019, Brenton Tarrant abat à bout portant 51 fidèles dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch. Juste avant d’entrer dans des mosquées pour y ouvrir le feu sur les personnes présentes, il publie un manifeste en ligne de 74 pages intitulé «Le grand remplacement». Tout au long des 74 pages de ce texte décousu, Brenton Tarrant se désole d’une supposée invasion du monde occidental par les «non-Européens». Il affirme que le désespoir de voir Emmanuel Macron – un « internationaliste, globaliste, anti-Blanc », supposément favorable à une immigration « massive » – battre en 2017 la « quasi nationaliste » Marine Le Pen a été, dit-il, l’un des éléments déclencheurs de sa folie meurtrière. De même que la vision, lors d’un séjour en France, d’un pays où « les envahisseurs sont partout » l’aurait convaincu de la nécessité de passer à l’acte.

Le 3 août 2019, Patrick Cursius tue 22 personnes dans un centre commercial de la ville texane d’El Paso à la frontière avec le Mexique. Un endroit fréquenté par la communauté hispanique. Peu avant de passer à l’acte, il poste un manifeste de quatre pages sur le forum anonyme 8chan, une plateforme très fréquentée par l’extrême droite nationaliste.

Intitulé «Une vérité dérangeante », le manifeste s’ouvre sur un hommage à l’attaque terroriste de Christchurch. L’auteur dénonce ensuite «l’invasion» des immigrés hispaniques, en s’inspirant de la théorie du «grand remplacement» de Renaud Camus.

Le 10 août 2019, Philip Manshaus (21 ans) fait irruption dans une mosquée de la banlieue d’Oslo blessant un fidèle avant d’être maîtrisé par deux sexagénaires. Fort heureusement il n’y avait que trois personnes à l’intérieur au moment de l’attaque. Le terroriste qui portait un gilet pare-balles et un casque avait plusieurs armes sur lui. Peu avant de passer à l’acte, il poste un message sur un forum en ligne où il évoque une «guerre des races» et rend hommage lui aussi à Brenton Tarrant.

Le 22 juillet 2011, Anders Breivik abat 77 personnes dont 69 sur l’île d’Utøya pour la plupart des adolescents qui participaient à un camp de la ligue des jeunes du parti travailliste de Norvège qu’il accuse de promouvoir le multiculturalisme et le remplacisme. Avant de commettre son massacre, Anders Breivik cite volontiers dans son manifeste de 1500 pages Alain Finkielkraut selon lequel «l’antiracisme serait au XXIe siècle ce que le communisme fut au XXe siècle : une source de violence».

Le «grand remplacement» théorisé par Renaud Camus, mis en fiction par Michel Houellebecq et promus médiatiquement par Éric Zemmour et des médias de la droite radicale est donc une idéologie meurtrière.

Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Avatar

    Jean-Daniel Leroy

    22 septembre 2019 à 10 h 47 min

    C’est le terrorisme islamiste qui tue le plus dans le monde. Juste après Christchurch en Nouvelle-Zélande, il y a eu plusieurs attentats beaucoup plus meurtriers au Sri lanka, sans doute en représailles :
    http://www.lefigaro.fr/international/attentats-au-sri-lanka-les-images-du-carnage-20190421
    En France, depuis janvier 2015, nous en sommes à 237 morts à cause du terrorisme islamiste.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus