Restez connecté

Actualité Monde

Chine : au moins 45 cimetières musulmans ouïghours rasés par les autorités

La Rédaction D&M

Publié

le

Même les morts n’échappent pas à la barbarie chinoise. Alors que les vivants sont enfermés dans les camps de concentration, les morts subissent eux aussi leur part de répression. Selon une nouvelle enquête de l’AFP relayée par le Daily Telegraph, la Chine est en train de détruire des lieux de sépulture où des générations de familles ouïghoures ont été enterrées.

Au cours des deux dernières années, des tombes ont été brisées et des ossements humains dispersés dans des dizaines de cimetières profanés dans le nord-ouest de la Chine, ont révélé des recherches de l’Agence France Presse et des analystes en imagerie satellite Earthrise Alliance.

cimetiere ouighour rasé 1

Alors que l’explication officielle de cette politique est le développement urbain ou la «normalisation» de vieilles tombes, les Ouïghours vivant à l’étranger affirment que la destruction fait partie des efforts concertés de l’État pour éliminer leur identité ethnique et contrôler tous les aspects de leur vie.

“Tout cela fait partie de la campagne de la Chine visant à éradiquer toute preuve de ce que nous sommes et à nous rendre véritablement comme les Chinois Han”, a déclaré Salih Hudayar, ajoutant que le cimetière où ses arrière-grands-parents ont été enterrés a été démoli. “C’est pourquoi ils détruisent tous ces sites historiques, ces cimetières, pour nous déconnecter de notre histoire, de nos pères et de nos ancêtres”, a-t-il déclaré.

Cimetière ouighour 2

La dernière enquête affirme que la destruction des cimetières existants a été effectuée sans trop respecter les morts. Les journalistes de l’AFP ont découvert des ossements humains jetés sur trois sites et sur d’autres sites où les tombes avaient été réduites à des tas de briques.

Les images satellitaires analysées par l’AFP et Earthrise Alliance montrent que le gouvernement chinois a, depuis 2014, exhumé et rasé au moins 45 cimetières ouïghours, dont 30 au cours des deux dernières années.

Photo 1 : une photo du 24 avril 2018 (en haut) montrant le cimetière Sulanim à Hotan, dans la province du Xinjiang, et la même vue le 6 août. 2019 (en bas) – Crédit : AFP

Photo 2 : Une photo du 29 août 2017 (en haut) montrant un cimetière et la même vue le 5 juillet 2019 sans trace du cimetière de Xayar, province du Xinjiang – Crédit : AFP

Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Les plus lus