Restez connecté

Actualité France

En France, aucune loi n’interdit l’appel public à la prière (Adhan)

La Rédaction D&M

Publié

le

Vous le savez peut-être pas. En France, aucune loi n’interdit aux mosquées les appels publics à la prière (Adhan) à l’instar des églises qui sonnent le glas au moins une fois par semaine, pour d’autres plusieurs fois par jour. Au nom de l’égalité du traitement des cultes, les mosquées devraient réclamer ce droit en particulier dans les villes et quartiers où se concentre une forte communauté musulmane.

Pour cela, il suffit de formuler une simple demande auprès de la municipalité qui devrait donner ou pas son feu vert suivant l’avis de son conseil municipal, et éventuellement fixer un seuil de décibels à ne pas dépasser pour éviter d’éventuelle gêne pour le voisinage de la mosquée.

A défaut de l’autoriser pour cinq fois par jour, au moins une fois par semaine, le vendredi serait très appréciable auprès des musulmans. Un signe de reconnaissance pour eux.

LA FRANCE EN RETARD

Plusieurs villes occidentales autorisent déjà l’appel public à la prière comme Glasgow, Londres, Hambourg, Marbella, Gibraltar, Grenade, Sydney, Fittja, Rotterdam, La Haye, Utrecht, New York, Chicago … Le modèle anglo-saxon est très en avance sur le modèle français moins libertaire et “plus laïque”.

Les politiques et les journalistes de notre pays ne cessent de s’en prendre à ce modèle qu’ils jugent trop “communautariste”, mais c’est bel et bien le modèle français assimilationniste et ultra-laïque qui a enfanté les monstres de Paris et Bruxelles.

Publicité
4 commentaires

4 Comments

  1. Pingback: En France, aucune loi n’interdit l’appel public à la prière (Adhan) - La Banlieue S'exprime

  2. Avatar

    AbdelKarim

    9 avril 2016 à 18 h 02 min

    As Salam Alaykûm Wa Rahmatu-Llahi Wa Bâarakatûh,
    ce Serait un grand pas pour notre communauté.

  3. Avatar

    bettahar

    10 avril 2016 à 11 h 16 min

    libertés de cultes

  4. Avatar

    Deusy

    25 février 2018 à 15 h 41 min

    C’est un trouble à l’ordre public. Article 431-3 un attroupement de personnes. Nul n’est censé ignorer la loi.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus