La mosquée Malek ibn Anes, une des deux mosquées de Bischwiller (Bas-Rhin), a été taguée dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19 septembre. Des tags inscrits à la peinture rouge comme “I’M GAY THANK GOD” ou encore “ONE LIFE” ont été découverts sur l’un des murs d’enceinte du lieu de culte situé rue des casernes. Selon les DNA, une enquête a été ouverte par les gendarmes, l’association n’a toutefois pas déposé plainte.

c’est se voit un peu moin mais on va essayer de le repeindre https://t.co/zpPkbHNUgo pic.twitter.com/ud1h8gjBF5

— nasuh 🇹🇷 (@Nasuh113) September 21, 2021

La mosquée Yunus Emre, l’autre mosquée de cette ville située au nord de Strasbourg, a été elle aussi visée par des tags à deux reprises en 2014 et 2015. Plus au nord à Haguenau, une croix gammée a été découverte sur les murs de la mosquée El Fath en décembre 2018. Plus généralement, cette partie de l’Alsace est la cible régulière d’actes racistes et islamophobes commis par les militants et sympathisants de la mouvance néo-nazie. Des cimetières, des écoles, des mairies et l’université de Strasbourg ont en déjà fait les frais.