Restez connecté

Actualité Monde

Silvia Aïcha Romano : “Mon voile est symbole de liberté”

La Rédaction D&M

Publié

le

Silvia Romano voile liberte

Pour la première fois depuis sa libération en mai dernier, l’ex-otage italienne Silvia Romano s’est confiée à un média pour raconter ses mois de captivité et sa conversion à l’islam. L’entretien a été réalisé par Davide Piccardo, journaliste à “La Luce”, également représentant de la communauté musulmane milanaise. Voici quelques extraits traduits.

Avant de partir et avant l’enlèvement, quelle vision aviez vous de la religion ?

Avant d’être kidnappée, j’étais complètement indifférente à Dieu, en effet je pouvais me considérer comme une personne incroyante; souvent, quand je lisais ou écoutais les nouvelles sur les innombrables tragédies affectant le monde, je disais à ma mère : “voyez, si Dieu existait tout ce mal ne pourrait pas exister … donc Dieu n’existe pas, sinon il éviterait toute cette douleur.

Je ne me posais ces questions que très rarement, seulement lorsque – précisément – j’étais confrontée aux grands maux du monde. Dans le reste de ma vie, j’étais indifférente, je vivais à courir après mes désirs, mes rêves et mes plaisirs.

Vous avez donc déjà rencontré des musulmans ?

Oui, mais l’idée que je me faisais de l’islam était ce que beaucoup ont malheureusement quand ils n’en savent rien. Quand j’ai vu des femmes avec des voiles dans la Via Padova (ndlr, quartier de Milan), j’avais ce préjugé typique qui existe dans notre société, je me disais : les pauvres ! Pour moi, ces femmes étaient opprimées, le voile représentait l’oppression de la femme par l’homme.

Silvia Romano aurait donc pu être l’une des nombreux islamophobes ?

J’avais des préjugés, mais je n’avais pas peur de la différence, ni aucune hostilité. Bien sûr, même si je pensais à certaines choses, je ne les aurais jamais dites pour éviter de blesser les autres, mais oui, j’avais des préjugés; c’est pourquoi je peux comprendre aujourd’hui que ceux ne connaissent pas l’islam aient les mêmes préjugés dans la tête.

A l’époque j’étais une personne ignorante, je ne connaissais pas l’islam et j’ai jugé sans jamais chercher à savoir.

Quand est ce que vous avez commencé à vous approcher de Dieu ? Y a-t-il eu un moment où vous avez entendu quelque chose ? Une pensée qui a ouvert une brèche dans votre conscience, dans votre cœur ?

Au moment où j’ai été kidnappée, en commençant la marche, j’ai commencé à penser : je suis venue faire du bénévolat, je faisais du bien, pourquoi cela m’est-il arrivé ? Quelle est ma faute ? Est-ce une coïncidence si j’ai été emmenée moi et pas une autre fille ? Est-ce une coïncidence ou quelqu’un l’a-t-il décidé ?

Ces premières questions, je crois, m’ont déjà rapproché de Dieu, inconsciemment. De là, j’ai commencé un chemin de recherche interne fait de questions existentielles. En marchant, plus je me demandais si c’était le cas ou mon destin, plus je souffrais car je n’avais pas la réponse, mais je devais la trouver.

Ce genre de questionnement vous a-t-il permis de vous sentir mieux ?

Non, plus je me posais de questions, plus je pleurais et me sentais mal; Je me suis mis en colère parce que je n’ai pas pu trouver la réponse et j’étais inquiète. Je n’avais pas la réponse mais je savais que c’était là et je devais y arriver.

J’ai compris qu’il y avait quelque chose de puissant mais je ne l’avais pas encore identifié, mais j’ai compris que c’était un dessin, quelqu’un là-haut l’avait décidé. La prochaine étape est venue après cette longue marche, alors que j’étais déjà dans ma prison; là j’ai commencé à penser : peut-être que Dieu m’a puni. Peut-être que Dieu me punissait pour mes péchés, parce que je ne croyais pas en lui, parce que j’étais à des années-lumière de lui.

Un autre moment important a été en janvier, j’étais en Somalie dans une prison pendant quelques jours. Il faisait nuit et je dormais quand j’ai entendu un bombardement pour la première fois de ma vie, suite au bruit des drones. Dans une telle situation de terreur et de mort imminente, j’ai commencé à prier Dieu lui demandant de me sauver parce que je voulais revoir ma famille; Je lui ai demandé une autre chance car j’avais vraiment peur de mourir. C’était la première fois que je me tournais vers lui.

Les gens qui vous ont retenu prisonnier, aussi gentils qu’ils aient été envers vous, commettaient une injustice envers vous; leur action est illégitime, il n’est donc pas facile de comprendre comment vous pouvez embrasser la foi de ceux qui vous font tant de mal.

Après avoir lu le Coran, je n’ai trouvé aucune contradiction et j’ai immédiatement senti que c’était un livre qui guidait le bien. Le Coran n’est pas le mot des shebab ! À un certain moment, j’ai senti que c’était un miracle, alors ma recherche spirituelle a continué et j’ai pris de plus en plus conscience de l’existence de Dieu.

À un moment donné, j’ai commencé à penser que Dieu, à travers cette expérience, me montrait un guide de vie, que j’étais libre d’accepter ou non.

Quelle était votre relation avec le Coran ?

La première fois, il m’a fallu deux mois pour lire le Coran, tandis que la deuxième fois, je me suis arrêté pour réfléchir plus sérieusement et j’ai ressenti le besoin de le lire de plus en plus, jusqu’à ce que j’embrasse l’islam. Devant de nombreux versets, j’avais l’impression que Dieu s’adressait à moi, ils m’ont frappé au cœur.

J’avais également lu quelques versets de la Bible et appris les points communs du christianisme et de l’islam. En fin de compte, le Coran m’avait semblé un texte sacré avec des principes clairs qui guidaient vers le bien.

Y a-t-il une sourate que vous aimez particulièrement ?

J’ai appris un verset avant même de devenir musulmane, le verset 70 de la sourate al Anfal: “Ô Prophète, dis aux captifs qui sont entre vos mains: « Si Allah sait qu’il y a quelque bien dans vos cœurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera. Allah est Pardonneur et Miséricordieux”

J’ai également appris la première sourate du Coran, al Fatiha, et j’ai commencé à prier même si je ne savais pas comment prier.

Un autre verset qui m’a beaucoup frappé était: «Comment pouvez-vous renier Allah alors qu’Il vous a donné la vie, quand vous en étiez privés ? Puis Il vous fera mourir; puis Il vous fera revivre et enfin c’est à Lui que vous retournerez.” Coran 2/28

Et aussi : «Si Allah vous donne Son secours, nul ne peut vous vaincre. S’Il vous abandonne, qui donc après Lui vous donnera secours ? C’est à Allah que les croyants doivent faire confiance.” Coran 3/160

Dans mon état, j’ai lu ces versets et je les ai sentis s’adresser directement à moi.

Beaucoup de réactions négatives à votre égard découlent essentiellement de cette pensée : cette fille était libre d’aller où elle voulait, faire ce qu’elle voulait, d’être avec qui elle voulait, s’habiller comme elle le voulait et d’aller choisir une condition dans laquelle elle était moins libre, elle était soumise, elle était considérée comme inférieur à l’homme … comment est ce possible ?

Le concept de liberté est subjectif et donc relatif. Pour beaucoup, la liberté des femmes est synonyme de montrer ses formes; pas même pour s’habiller comme on le souhaite, mais comme quelqu’un le souhaite. Je pensais que j’étais libre avant, mais j’ai été soumise à une imposition de la société et cela a été révélé lorsque je suis apparue habillée différemment et j’ai été l’objet d’attaques et de délits très lourds.

Il y a quelque chose de très mal si le seul espace de liberté pour les femmes est de montrer leur corps. Pour moi, mon voile est un symbole de liberté, car je sens à l’intérieur que Dieu me demande de porter le voile pour élever ma dignité et mon honneur, car en couvrant mon corps, je sais que les gens verront d’abord mon âme. Pour moi, la liberté ne signifie pas être objectivé sexuellement.

Maintenant, vous sentez-vous moins libre de faire des choses, de bouger, de travailler, de rencontrer des gens, de vous promener ?

Quand je suis dehors, je sens les yeux des gens sur moi; Je ne sais pas s’ils me reconnaissent ou s’ils me regardent simplement pour le voile; en métro ou en bus je pense qu’il est frappant que je sois italienne et habillée comme ça. Mais cela ne me dérange pas particulièrement. Je sens mon âme libre et protégée par Dieu.

Comment avez-vous choisi le nom ?

Une nuit, j’ai rêvé d’être en Italie. Je prenais le métro et mon nom sur la carte de métro était Aïcha, et puis c’est un nom qui signifie “vivante”.

Comment vous sentez-vous mieux aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je suis beaucoup plus patiente, je suis beaucoup plus respectueuse envers mes parents, alors que parfois, dans le passé, je ne l’avais pas été; Je me sens plus généreuse et beaucoup plus compatissante parce que quand quelqu’un me fait du tort, quand quelqu’un fait une erreur envers moi, même face aux offenses et aux contrastes, je sens mon cœur complètement dépourvu de rancune, de colère. Je n’ai pas envie de répondre avec les mêmes délits mais je cherche toujours à comprendre cette personne, je pense que cette personne fait ça parce qu’elle souffre et donc je peux et je dois l’aider.

Par rapport à la communauté islamique, quelles étaient vos attentes ?

J’avais hâte de rencontrer des musulmans, mais je pensais que ce serait difficile. Mon idée était d’aller à Via Padova, d’aller dans une boutique islamique ou une boucherie et de dire: “Assalamu aleikum”. Je ne savais pas encore que j’étais si bien connue; Je pensais que je devais passer le Ramadan seule.

Au lieu de cela, j’ai reçu des cadeaux, de nombreuses lettres et la vidéo publiée sur “La Luce” où il y avait beaucoup de musulmans de toute l’Italie, j’étais étonnée et reconnaissante.

Qu’est ce qui vous a impressionné dans la communauté ?

Tout d’abord, je ne m’attendais à ce qu’il y ait autant de musulmans en Italie; je pensais que j’aurais rencontré principalement des Égyptiens, des Marocains, des musulmans africains … Au lieu de cela, j’ai rencontré des musulmans italiens pour la première fois et ce fut une énorme surprise. J’ai été frappé par la fraternité de tous les musulmans et pas seulement à Milan. Cette solidarité et cette affection m’ont fait sentir comme faisant partie d’une seconde famille.

Puis j’ai découvert une réalité dont je n’avais aucune idée. Ces nombreuses associations de la communauté musulmane de Milan et au-delà, qui s’engagent chaque jour à aider les plus faibles, les plus vulnérables, victimes de l’injustice; en particulier j’ai beaucoup aimé le projet Aïcha qui s’occupe des femmes, toutes ces initiatives m’encouragent à participer.

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité

Les plus lus

pulvinar vel, Sed ut id libero dolor risus. quis Aliquam efficitur.