Restez connecté

Actualité

Islamophobie : une tête de porc et du sang contre une mosquée en construction à Bergerac

La Rédaction D&M

Publié

le

Une tête de cochon déposée sur le chantier et du sang jeté sur les murs de la future mosquée de Bergerac. C’est la découverte faite par une patrouille de police ce lundi 25 mars, au matin selon France Bleu.

Le ou les auteurs de ce nouvel acte islamophobe ont agi dans la nuit de dimanche à lundi. L’enquête est confiée au commissariat de Bergerac. Une enquête ouverte pour dégradation d’un édifice affecté au culte, un délit qui peut aller jusqu’à 7 ans de prison, rappelle le même média.

“Ils ont mis plein de sang, de cochon je pense, sur les murs. Ils ont accrochés une tête de cochon sur la porte. On est bouleversés, choqués”, raconte Abdel Kader Abdénouri, membre de l’association culturelle de Bergerac, qui construit la mosquée sur la rive droite de la ville.

LE MAIRE ET LE PRÉFET CONDAMNENT

Le maire de la commune Daniel Garrigue condamne “des actes lamentables, minables et odieux”. “Je ne dis pas qu’il y a un lien entre les deux, mais ce weekend, il y a eu une campagne d’affichage d’un petit groupuscule d’extrême-droite sur le thème ‘Bergerac, ville du Périgord, pas de l’Islam”, indique l’élu. Même condamnation du préfet de la Dordogne. Le sous-préfet s’est rendu sur place.

DES RIVERAINS S’ACHARNENT CONTRE CE PROJET DEPUIS 2015

De nombreux recours avaient été déposés par des opposants à la construction du bâtiment, situé rue du Tounet. Le permis de construire date du 8 octobre 2018. Récemment, le tribunal administratif avait rejeté le référé du collectif opposant à la construction de cette mosquée. Celui-ci espérait mettre un coup d’arrêt aux travaux de cette mosquée.

Et malgré les actes lâches de cette nuit, le Collectif mené par Christian Peyrouny n’a pas jugé utile de se taire.

Les plus lus

eget tristique id Curabitur eleifend venenatis, diam velit,