Pour Christine Tasin, le terroriste de Christchurch est “un gars qui aime son pays, notre civilisation, nos enfants, la justice”

Bilal Muezzin
  •  
  •  
  •  

Après l’élue de Bretagne pour qui le massacre de 50 musulmans dans deux mosquées néo-zélandaise n’est que l’application de la loi du talion “œil pour œil”, voici la récidiviste Christine Tasin, présidente du mouvement “Résistance Républicaine” qui considère que le terroriste Brenton Tarrant est “un gars qui aime son pays, notre civilisation, nos enfants, la justice”.

Dans un texte publié sur le site “Riposte Laïque” dont elle est l’auteur, elle considère que l’on ne peut “renvoyer dos à dos les assassins du Bataclan – ou Mohamed Merah – et Brenton Tarrant”.

“Dans le cas des assassins du Bataclan ou de Mohamed Merah, ces musulmans tuent pour tuer (et accessoirement aller au Paradis baiser 77 vierges) ; pour déchaîner la terreur ; pour imposer l’islam à tous, par la terreur, par la violence ; parce que le mode de vie occidental ne leur convient pas […] Dans le cas de Brenton Tarrant, il raconte avoir été bouleversé et terrorisé quand il a découvert le sort terrible de la petite Ebba Akerlund, et cela lui a ouvert les yeux”, argumente-elle.

Et de poursuivre dans son argumentation faisant l’apologie de ce terroriste qui a entièrement filmé son massacre. “À partir de là, il commence à réfléchir, et il découvre ce qu’est l’islam, ce qu’est l’islamisation, ce qu’est le terrorisme musulman, il pense que son pays et l’Europe sont menacés par l’islam et, il décide sottement de lutter en utilisant les moyens de ceux qu’il considère comme des ennemis. Sottement, parce que un Brenton Tarrant qui semble avoir eu une vie bien remplie, être intelligent et plein de ressources, a gâché ce potentiel, sa vie et celle de ses victimes… pour rien”.

Christine Tasin est déjà poursuivie pour apologie du terrorisme dans une autre affaire. En juin 2017, elle avait considéré l’attentat islamophobe contre une mosquée de Londres comme “l’acte d’un résistant au terrorisme ‘ou à l’islamisation).

“Alors oui, il se pourrait bien que le 18 juin 2017 soit, comme l’appel du 18 juin 1940 que personne ou presque n’entendit et ne connut à l’époque, le début de la Reconquista. Ils l’auront voulue. Pas nous. Mais elle aura lieu, inévitablement, et le nom de Darren Osborne pourrait bien être associé à celui de Charles Martel”, avait-il publié.

La justice va-t-elle enfin décider de mettre derrière les barreaux cette haineuse ?

 


  •  
  •  
  •  
Bilal Muezzin
La Rédaction D&M
A propos La Rédaction D&M 1824 Articles
Journal des Mosquées de France : Actualité | Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*