Restez connecté

Actualité

Gérald Darmanin impose des femmes Imams au Forum de l’Islam de France

Publié

le

Femme imam

Étonnant ministre de l’Intérieur qui a fait de la laïcité son cheval de bataille mais qui dans le même temps s’évertue à s’immiscer au sein du culte musulman par la force ou l’intimidation.

Gérald Darmanin voulait la peau du CFCM, il est en passe de l’obtenir. Selon diverses sources, l’association serait sur le point de s’autodissoudre. Complètement rejeté par les musulmans Français pour son inefficacité à les représenter, le CFCM va disparaître dans une globale indifférence.

Pendant ce temps, le ministre n’est pas resté les bras croisés et prépare déjà l’après. Le samedi 5 février, se déroulera au ministère de l’Intérieur le Forum de l’Islam de France, où plusieurs centaines d’intervenants sont attendus. Parmi eux, Eva Janadin, une jeune enseignante de 33 ans, convertie à l’Islam en 2009 et qui se déclare Imam. Officiant au sein de la mosquée inclusive « Simorgh », dont elle est à l’origine avec Anne-Sophie Monsinay (qui se dit Imam aussi), Eva Janadin pratique un Islam que visiblement personne ne connaît en France. Loin des rites malikites auxquels l’écrasante majorité des musulmans de France sont fidèles, Eva Janadin rejette tout ce qui n’est pas dans le Coran (notamment la tradition prophétique ou « sunna », qu’elle considère comme anachronique) et interprète le Coran de façon subjective. Malgré le caractère confidentiel de son courant de pensée, la jeune femme bénéficie d’une exposition médiatique aux antipodes de sa notoriété et de sa crédibilité auprès des Français musulmans. Ainsi, on a pu voir ces dernières années L’Express, Le Figaro, le JDD, Le Monde ou encore Libération s’intéresser et rédiger des papiers dithyrambiques sur son parcours.

On retrouve relativement peu d’interview d’Eva Janadin sur le web mais davantage de sa binôme Anne-Sophie Monsinay, dans lesquelles elle explique cette vision de l’Islam qu’elles partagent.

Dans une interview au site « regards protestants », Anne-Sophie Monsinay déclare que « le Coran n’oblige pas à jeûner pendant le mois de Ramadan ». Autre particularité des deux femmes Imams : elles prient sans porter de voile. Voilà ce qu’en dit Anne-Sophie Monsinay : « Il est vrai que cela perturbe parfois, surtout que nous ne le portons pas […] il n’y a rien dans le Coran qui oblige une femme à se voiler pour prier ». Alors qu’il y a consensus chez les savants de l’Islam sur l’interdiction de la prière en période de menstrue, Anne-Sophie Monsinay estime que cela importe peu : « une femme qui prie pendant ses menstrues, cela ne se voit pas, mais elle sait qu’elle est accueillie dans notre mosquée, elle peut venir prier sans aucune interdiction. » D’ailleurs, pour Anne-Sophie Monsinay, rien n’est véritablement obligatoire, pas même ce qui est dans le Coran : « Aucun système hétéronome et aucun tiers ne peut contraindre une personne à suivre une manière unique d’incarner sa propre religion. L’autre peut certes éclairer un jugement et aider au discernement, mais seule la conscience peut décider de tracer son cheminement spirituel comme elle l’entend, indépendamment de toute pression extérieure. Dès lors, les pratiques rituelles prescrites par le Coran cessent d’être des obligations, elles deviennent des propositions spirituelles que nous pouvons contextualiser, adapter à un nouveau contexte, conserver, abandonner, développer, réaménager… Et où chacune et chacun est libre de choisir ce qui est une règle et une norme pour sa vie spirituelle. Ce qui veut dire aussi que repenser ses pratiques et sa vie spirituelle ne peut se faire qu’à titre individuel, en allant chercher au fond de soi-même ce qui semble être le plus pertinent, le plus juste et le plus efficace pour son cheminement spirituel. »

Pour Anne-Sophie Monsinay, son interprétation du Coran ou celle du boucher vaut tout autant que celles des plus illustres savants de l’Islam. Elle « encourage à accepter non seulement celle ou celui qui est d’une autre obédience islamique que la nôtre, qu’elle soit chiite, sunnite, mutazilite, soufi ou ibadite, et aussi celui ou celle qui ose avoir ses propres interprétations et faire le choix de ses propres pratiques au sein de l’islam. » Elle ajoute qu’« aucune musulmane ni aucun musulman ne peut avoir le monopole de l’interprétation et ne peut juger la démarche spirituelle d’autrui. »

D’après France 24, Eva Janadin aura durant ce forum un intérêt particulier pour la formation des Imams : « Nous estimons qu’il faut transmettre des interprétations renouvelées. Ils s’agit de faire naître une formation beaucoup plus scientifique sur les aspects anthropologiques et historico-critiques de l’islam ».

Il ne manquerait plus pour nos concitoyens musulmans que Hassen Chalghoumi soit de la partie…

Source : CalamCrédit image : LINDA KASTRUP/AFP

Journal des Mosquées de France : Actualité | Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Continuer la lecture
Publicité
Je commente

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité

Les plus lus