Restez connecté

Actualité

Des mosquées de l’Isère dénoncent la charte des imams du CFCM

La Rédaction D&M

Publié

le

Mosquée Saint Martin Le Vinoux

La “charte des principes pour l’islam de France” élaborée par le CFCM continue de faire des remous au sein de la communauté musulmane. Dans un communiqué qui nous a été transmis, neuf mosquées et associations musulmanes de l’Isère expliquent pourquoi elles n’adhèrent pas à cette charte “dictée d’en haut” et élaborées par des “instances et fédérations qui n’ont aucune légitimité dans la représentativité dans l’organisation du culte”. “Nous estimons que toutes les associations, toutes les mosquées ainsi que les citoyens de confession musulmane ont leur mot à dire pour améliorer la place de l’islam en France”, estime le communiqué signé de neuf associations et mosquées du département.

L’ingérence de l’État dans les affaires du culte musulman y est également dénoncée. “l’Etat n’a pas à dicter à une religion son mode d’organisation qui doit lui rester propre”, écrit le communiqué. Ce collectif rejoint ainsi d’autres mosquées indépendantes (notamment du Loiret et de la Savoie) qui ont fait de même le mois dernier en dénonçant cette charte imposée aux musulmans.

Mosquées Isere charte des imams

Mosquées Isere charte des imams.

CHARTE DE LA HONTE

Sous pression de l’exécutif, le CFCM s’est empressé de rédiger cette charte décrite par beaucoup comme la “charte de la honte”. Après quelques semaines de tractations entre les différentes fédérations, elle a été signée et présentée au président Emmanuel Macron. Dotée de 10 articles, cette charte précise qu’«qu’aucune conviction religieuse ne peut être invoquée pour se soustraire aux obligations des citoyens». Elle affirme : «Ni nos convictions religieuses ni toute autre raison ne sauraient supplanter les principes qui fondent le droit et la Constitution de la République.»

Le texte introduit aussi la notion d’«islam politique» qu’il condamne, en désignant des exemples précis : le salafisme, les Frères Musulmans et le tabligh ! Paradoxalement, parmi les cinq fédération qui ont approuvé et signé cette charte, on retrouve l’organisation “Musulmans de France” (ex-UOIF), régulièrement accusée d’appartenir au courant des Frères Musulmans.

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité

Les plus lus