Restez connecté

Histoire

Muhammad Hamidullah, auteur musulman de la première traduction française du Coran

La Rédaction D&M

Publié

le

Muhammad Hamidullah

Né en 1908 à Hyderabad en Inde, le Professeur Hamidullah était un chercheur et théologien a qui l’on doit la première traduction en français du Coran, par un musulman, en 1959.

Muhammad Hamidullah intègre dans sa jeunesse la prestigieuse université “Jamia Nizamia”, qui est l’équivalent indien d’al-Azhar. Cet établissement est à cette époque un véritable bastion de la tradition sunnite au sein d’une terre polythéiste, colonisée et petit à petit occidentalisée. Il intègre par la suite l’université Osmania qui mélange sciences religieuses, profanes et langues occidentales. D’ailleurs, Hamidullah était un véritable polyglotte et maîtrisait l’ourdou, l’arabe, le perse, le turc, le français, l’anglais et l’allemand.

Envoyé à Bonn en Allemagne par l’Osmania, il obtient son doctorat en 1932 après diverses recherches dans les bibliothèques de La Mecque, Médine, Sanaa, Beyrouth, Amman, Le Caire etc… Il devient la même année professeur d’arabe à Bonn. Entre 1933 et 1935, il étudie au collège de France à Paris et présente sa thèse “La diplomatie au temps du Prophète et des premiers Califes” qui lui permet d’obtenir un nouveau doctorat. Entre 1936 et 1945, il devient professeur dans son université d’origine.

En 1948 au moment de l’indépendance et de la partition de l’Inde (de nombreux musulmans sont expulsés vers le Pakistan et le Bangladesh), le Professeur Hamidullah choisit l’exil à Paris. Parallèlement à son travail d’élaboration de la constitution du Pakistan, il est appelé en Turquie afin d’enseigner l’histoire de l’Islam à d’Ankara avant de revenir à Paris et de fonder le premier centre culturel islamique en 1952.

Employé du CNRS entre 1954 et 1978, il fonde aux côtés de Said Ramadan, le Centre Islamique de Genève. En 1963 il fonde l’Association des Étudiants Islamiques de France (AEIF) et forme les intellectuels musulmans loin du nationalisme/socialisme arabe qui ronge le monde musulman. À la même époque, il anime un groupe d’amitié islamo-chrétien et contribue à la création de la mosquée Adda’wa à Paris.

Pour des raisons de santé, il rejoint une de ses nièces à Jacksonville aux Etats-Unis en 1996. Il y meurt en 2002.

Qu’Allah fasse miséricorde au professeur Hamidullah.

Figures Islamiques

Journal des Mosquées de France : Actualité | Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

sit Phasellus quis, risus. sem, velit, ipsum at