L’interview qui a fait transpirer le dictateur al-Sissi

Bilal Muezzin
  •  
  •  
  •  

La chaîne américaine CBS a diffusé le 6 janvier 2019 un entretien avec le dictateur Abdel Fattah al-Sissi malgré la demande insistante du Caire de ne pas le faire. Le président y reconnaît officiellement une coopération sécuritaire avec “Israël” et nie détenir des prisonniers politiques dans ses prisons.

Malgré le refus de la chaîne de lui communiquer les questions au préalable, al-Sissi a toutefois accepté de répondre aux questions de l’intervieweur vedette de l’émission 60 minutes Scott Pelley. “J’essayais de lui poser des questions qu’on ne lui pose pas en général chez lui”. Lors de cette interview, les signes de peur et confusion sont apparus sur le visage du dictateur au point de transpirer du visage.

A la question de savoir combien de détenus politiques croupissent dans ses prisons, al-Sissi répond sans sourciller : “Nous n’avons pas de prisonniers politiques ou d’opinion. Nous essayons de contrer des extrémistes qui imposent leur idéologie à la population”. Et de balayer d’un revers de la main le chiffre de 60 000 prisonniers avancé par Human Watch Rights.

Autre question dérangeante concernant le massacre de quelque 800 opposants (au moins) des Frères Musulmans Place Rabaa el-Adaouïa au Caire en 2013, attribué à al-Sissi, alors ministre de la Défense. “En avez-vous donné l’ordre ?”, lui demande sans détour Scott Pelley. “Laissez-moi vous poser cette question, est-ce que vous suivez de près la situation en Egypte ? D’où vous procurez-vous vos informations ?”, a rétorqué sèchement le président égyptien.

Au cours de l’entretien, Abdel Fattah al-Sissi “a confirmé que son armée travaillait avec Israël contre les terroristes dans le Nord-Sinaï”, a indiqué CBS.

UN MASSACRE, UN PUTSCH & DES PROCÈS DE MASSE

Depuis le putsch militaire de juin 2013, des milliers d’égyptiens refusant la dictature ont été tués quand d’autres, opposants politiques ou simples citoyens ont été emprisonnés. Les condamnations à mort se comptent également par milliers, un record dans l’histoire de ce pays devenu la risée du monde libre.

Le 14 août 2013, un massacre atroce s’est produit au Caire lorsque les forces de sécurité égyptiennes, aidées par l’armée, ont attaqué deux camps de manifestants pro Morsi. Bilan : entre 1.500 et 2.600 morts et des milliers de blessés.


  •  
  •  
  •  
Bilal Muezzin
La Rédaction D&M
A propos La Rédaction D&M 1848 Articles
Journal des Mosquées de France : Actualité | Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*