Restez connecté

Histoire

Abu Dhar Al-Ghifari, le compagnon qui sera ressuscité seul

Issâ AR-RÛMÎ

Publié

le

Abu Dhar Al Ghifari

“Il marche seul, il mourra seul et au Jour du Jugement, il sera ressuscité seul.”

Seul de sa tribu à rejeter férocement l’adoration des idoles durant la Jâhilîyya, seul à se rendre à Makkah pour y rencontrer le Prophète ﷺ et y prononcer la shahâda, seul – et premier – à proclamer publiquement son islâm au cœur de la Mosquée sacrée, sous les coups et les insultes de Quraysh… Seul à avancer, à pied (son chameau s’étant immobilisé), avec armes et bagages, pour rattraper l’armée musulmane en route vers Tabuk, lorsque le Messager d’Allâh ﷺ prononça le fameux propos cité plus haut. Seul à se retirer, de peine et de douleur, dans le désert après le décès du Prophète ﷺ. Seul à rejeter, avec force, le goût du luxe et du pouvoir qui s’était emparé de certains musulmans après la mort de ‘Umar ibn al-Khattab. Et seul, enfin, à s’isoler du monde à ar-Rabda, pour y attendre le Décret d’Allâh, à l’écart de la corruption grandissante qu’il abhorrait…

Abû Dharr al-Ghifari était de cette race d’hommes qui n’hésitent pas à affronter la vindicte des puissants ou des masses pour proclamer la Vérité : le tawhîd d’abord, auquel il avait fini par amener, par la permission d’Allâh, toute sa tribu, puis une certaine vision de la justice sociale et du détachement de la dunya – un appel qui rencontrera moins de succès que le premier. Celui devant qui le Prophète ﷺ avait écarquillé les yeux et s’était écrié “Allâh guide Il veut !” – tant la conversion d’un homme des Banu Ghifar, connus pour leur criminalité, lui semblait étonnante – était devenu au fil des années la sincérité personnifiée, un homme de conviction dont ‘Alî ibn Abî Tâlib lui-même disait : “Il ne reste aujourd’hui personne en dehors de lui qui, en vue d’Allâh, ne craint aucun reproche.”

Modèle d’ascétisme et de générosité, il ne laissera rien à ce bas-monde, pas même son linceul, dont il sera recouvert par un compagnon de ‘Abd Allah ibn Mas’ud. Rien, si ce n’est son exemple et sa sagesse : “Les hommes naissent pour mourir. Ils construisent des bâtisses qui finiront en ruines. Ils convoitent l’éphémère et délaissent l’éternel. Quant à moi, je préfère ce que les gens fuient : la mort et la pauvreté.”

Et cet éloge du meilleur des Hommes ﷺ, gravé pour l’éternité : “Le ciel n’a pas couvert, et la Terre n’a pas porté, une langue plus véridique que celle d’Abû Dharr.” Qu’Allâh soit satisfait de l’homme qui marche seul!

Ribât

Publicité
Je commente

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus