Restez connecté

Actualité France

Le directeur de la mosquée Iqraa de Cannes soutient l’arrêté anti-burkini du maire

La Rédaction D&M

Publié

le

Quatre jours après la décision du Conseil d’État de suspendre un arrêté municipal pris par le maire de Villeneuve-Loubet interdisant d’accès les plages de sa commune aux femmes voilées ou en burkini, le Tribunal Administratif de Nice vient suspendre à son un arrêté similaire pris par la ville de Cannes.

Début août, David Lisnard, le maire (Les Républicains) de cette ville avait émis un arrêté valable jusqu’au 31 août interdisant l’accès à ses plages à «toute personne portant une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse» et de préciser dans son article premier que cette interdiction concerne «toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime »

Une trentaine d’autres communes ont suivi Cannes. Dans la communauté musulmane de France et même au delà, c’est l’indignation la plus totale, d’autant plus que ces arrêtés liberticides sont soutenus par le gouvernement, qui rappelons-le a engagé la France militairement dans une guerre au Mali dès janvier 2013 pour empêcher entre autres, que “l’on impose aux femmes une façon de se vêtir”.

LE DIRECTEUR DE LA MOSQUÉE “SAOUDIENNE” DE CANNES A LA RESCOUSSE

David Lisnard peut compter sur le soutien de la mosquée Iqraa de Cannes La Bocca, construite par un riche homme d’affaire saoudien. Radouane Aichfakir en est le directeur. Celui-ci a fermement pris position en faveur de l’arrêté anti-burkini pris par le maire de droite de cette commune des Alpes-Maritimes dès les premiers jours. Sur son compte Facebook, il explique que dans son “pays laïque La France, aucune tenue vestimentaire ne doit choquer, heurter ou rappeler les mauvais souvenirs récents”. Les musulmans doivent donc s’effacer pour faire plaisir aux fachos.

2

1

“Accepteriez vous la réciprocité dans vos pays d’origine ? Acceptez vous dans les pays arabes musulmans des femmes les seins nus avec un mini string déambuler sur une plage ?” s’interroge-t-il.

Ce proche du maire qui a activement soutenu sa campagne électorale en 2014 renvoie donc les musulmans à leurs pays d’origine, comme si c’était des exilés sur une terre qui n’est pas la leur. Voici une leçon de réciprocité à Monsieur Aichfakir et le parti pour lequel il roule !

PARLONS RÉCIPROCITÉ

Effectivement la réciprocité n’existe pas puisque dans son pays d’origine, le Maroc, les femmes sont libres de se baigner en burkini ou en maillot de bain à l’occidental, et ce sur toutes les plages du royaume. Et cela ne pose problème à personne contrairement à la France liberticide malade de l’intégrisme laïque. Autre point important à souligner, dans son pays d’origine le Maroc, les étrangers (français compris) ont le droit de voter aux élections locales alors que les étrangers marocains n’ont pas ce droit en France. Le parti (Les Républicains) autour duquel troune Mr. Aichfakir s’y oppose vivement.

Pour ce qui est des seins nus, il semblerait que cela soit une infraction au vu du droit français. En dehors des endroits nudistes, aucune femme n’a le droit de se balader seins nus sur les plages ou dans la rue sous peine de tomber sous le coup de l’article 222-322 du code pénal. Passons sa comparaison bidon.

Et voici comment répond cet homme qui prend toute une mosquée en otage aux musulmans qui ne partagent pas son avis à lui et la clique fasciste autour de laquelle gravite ce personnage : “Et celles qui ne partagent pas notre avis à nous tous, y compris nous musulmans de France, on leur dit : allez faire un tour à Kaboul, vous ferez sensation avec votre nouveau maillot de 10 mètres de tissu”.

“LES MUSULMANS DOIVENT DÉNONCER A LA POLICE LES TERRORISTES, SINON C’EST LE TOURNEBROCHE QUI LES ATTENDRA EN ENFER”

Radouane Aichfakir considère que les musulmans qui ne poussent pas les portes des commissariats pour dénoncer les terroristes sont complices, et méritent comme ces terroristes l’enfer. Des propos chocs publiés après l’assassinat du prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray.

“Amis musulmans, Arrêtez vos prières et vos marches pour la paix et démontrer concrètement votre patriotisme, poussez ces satanés portes de commissariats et dénoncer ces vermines qui veulent islamiser la France. Un discours digne d’un Florian Philippot ou d’une Nadine Morano.

DEUX IMAMS LICENCIÉS EN DEUX ANS D’EXISTENCE

La mosquée Iqraa de Cannes a été entièrement financé par l’homme d’affaire saoudien Salah Kamel. Avant sa construction, la mairie de Cannes avait imposé un cahier de charges avec des conditions drastiques.

En septembre 2014, à la suite d’un prêche jugé «trop politique», l’imam Saïd Naït Ouaziz a été remercié. Il avait fait l’éloge des présidents turc Erdogan et égyptien Morsi.

Le 3 mai dernier (soit un mois après la perquisition du domicile du nouvel imam, suspecté d’être de tendance “salafiste”), l’association «Iqraa» qui dépend directement de l’homme d’affaire saoudien qui a financé la construction de cette mosquée licencie son imam pour «Fait du prince». Dans le langage juridique, le fait du prince est un motif de rupture du contrat de travail proche du «cas de force majeur» qui indique que le licenciement n’est ni le fait du salarié ni le fait de l’employeur, mais la conséquence d’une décision administrative. Une décision arbitraire donc…

C’est une honte d’avoir à la tête de nos mosquées et associations des personnes aux idées néo-colonialistes qui pensent que les musulmans ne sont pas chez eux, et devront éternellement s’excuser pour des faits dont ils ne sont pas responsables.

RÉAGISSEZ EN ENVOYANT VOTRE MESSAGE D’INDIGNATION SUR LA PAGE FACEBOOK DE LA MOSQUÉE IQRAA

Publicité
12 commentaires

12 Comments

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Publicité

CHRONIQUES SARRASINES

HISTOIRE

Publicité

Les plus lus

Nullam Curabitur risus. lectus velit, libero. nunc venenatis leo. tempus