L'expatriation au Royaume-Uni

Le râle des désespérés

« Détruire le fascisme juif », « Pour un monde sans judaïsme », « Judaïsme : Comment l’Occident creuse sa tombe », « Bas les kippa! », « Judaïsme : Fabrique de déséquilibrés ? », « Comment lutter efficacement contre l’idéologie juive », « La terreur juive », « Comment contredire un juif », « Juifs, vous nous mentez », « Vaincre le totalitarisme juif », « D’où vient la violence juive ? », « Les vrais ennemis de l’Occident : Du rejet de la Russie à la judaïsation des sociétés ouvertes », « Synagogues radicales : Ce qu’on y dit, ce qu’on y lit ».

Voici à quoi ressembleraient certains titres d’ouvrages édités si en lieu et en place de parler d’islam et des musulmans, leurs auteurs traiteraient de la « question juive ». Car ces ouvrages existent, les titres ont juste été « judaïsés ». Nous les croisons constamment en tête de gondoles des rayons de magasins vendant du livre. Parfois numéro un des ventes, défendus sur des plateaux télé, les gens en raffolent et en applaudissent les auteurs.

En les judaïsant, ces pamphlets nous replongent ainsi directement en plein IIIème Reich, voir, en pleine affaire Dreyfus. Des titres qu’il serait donc impossible de publier aujourd’hui, mais qu’il est tout à fait permis de proposer si de musulmans il s’agit. L’islam(isme) ayant reprise le rôle de l’épouvantail tenu, jadis, merveilleusement bien par le judaïsme. Les publications en ce sens sont d’ailleurs si nombreuses qu’il est à se demander de quoi parleraient-ils si d’islam il n’y avait pas !

Leurs auteur(e)s, ils et elles s’appellent Zineb El Rhazoui, François Fillon, Hamid Zanaz, Chahdortt Djavann, Wafa Sultan, Aquila, Hervé jaubert, Hubert Lemaire, Gérard de Villiers, Alexandre Del Valle, Joachim Véliocas. Apostats, extrémistes laïcs, ex-chiites, ils ont tous en commun le fait de chercher à gagner les cœurs et de l’argent, en alimentant haine et mensonges à l’encontre de la dernière des Révélations. Pauvres d’eux, si seulement ils savaient qu’ils courent, tête baissée, à leur propre perte…

Liberté d’expression nous disent-ils ! Très bien. Mais à ce petit jeu, il serait de bon aloi qu’ils en partagent aussi le terrain, car à force, ils donnent la sévère impression de ne vouloir jouer qu’entre eux. C’est d’ailleurs peu réfléchi de leur part, le banc de touche, c’est aussi et surtout bon pour observer, prendre des notes, et s’échauffer. Mais peut-être ne l’ont-ils pas encore compris ? Alors au boulot, confrères et consœurs !

A propos de l'auteur

Renaud KLINGLER
Renaud KLINGLER
Blogueur, fondateur du site "Sarrazins", un webzine indépendant, crée en 2016, qui a pour vocation d’apporter un regard musulman sur l’actualité

2 Commentaires sur "Le râle des désespérés"

  1. L’islamophobie a le memes ressort que l’antisémitisme.
    Définir une identité négative.
    Essentialiser et faire d’une identité ethno culturelle une identité négative.

  2. Les personnes de culture musulmane mais non musulmanes sont souvent les personnes les plus virulentes à l’endroit de l’islam et des musulmans.
    J’ai remarqué que les personnes de culture musulmane avancent souvent l’argument de leur culture comme un plus.
    Un équivalent serait je suis de culture française je peux donc etre anti sémite. Absurde non?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*