L'expatriation au Royaume-Uni

« Habeş Eyâleti », la Province Ethiopienne de l’Empire Ottoman

En 1517, les Ottomans menés par Salim Ier conquièrent l’Egypte, mettant fin au règne des Abbassides. En 1554, le Vizir de la guerre Özdemir Pasha entame la conquête de la Côte orientale de la mer rouge.

800px-habesh_eyalet

Ainsi, le 5 Juillet 1555 la province éthiopienne, en turc Habeş Eyâleti, est mise en place le long de la côte soudanaise. Elle s’étend du Nord du Soudan au Nord de la Somalie et prend pour capitale provinciale le port de Suakin. L’intérêt de cette conquête était double : d’une part, elle assurait la sécurisation de Djeddah, porte d’entrée sur les lieux saints de l’Islam, menacée par les portugais qui tentaient des incursions depuis leurs possessions dans l’océan indien, verrouillant ainsi la mer rouge. D’autre part, elle permettait d’assurer un lien civilisationnel entre la puissante province d’Egypte et les sultanats musulmans de la côte swahilie sujets à la déstabilisation par les portugais à partir du XVIe siècle, puis des britanniques au XIXe siècle.

suakin-3

C’est notamment à partir de la Province éthiopienne que furent organisées les expéditions maritimes ottomanes le long de la côte swahilie (photo : Troupes Ottomanes en stationnement à Suakin en 1889), menées par Mir Ali Bey entre 1585 et 1589, et certaines tentatives de pénétration à l’intérieur des terres africaines, notamment la province «équatorienne», Hatt-ı Üstuva Vilayet en turc, dans l’actuel Soudan du Sud, qui fut la province la plus méridionale de l’Empire Ottoman.

A partir de Suakin, les Ottomans assurèrent l’intégralité de l’administration territoriale de la province de Habesh et créèrent un centre administratif sur l’île de Suakin qui fonctionna pendant 3 siècles, qui fut appelé en turc Sevakin Adası.

Bien qu’ayant le statut de «Eyalet», pour plusieurs raisons la province est liée à l’Egypte. D’abord parce que c’est une province puissante, mais aussi parce que c’est à partir d’elle que se fait historiquement la conquête du Soudan, autre voisin de la Province. Ainsi, en 1865 les Ottomans l’incorporent à l’Egypte. En 1882, lorsque l’Egypte passe sous la tutelle Britannique, la province éthiopienne devient de facto britannique elle aussi.

suakin-h-h-kitchener-house35-1889

Bien qu’officiellement ottomane, le Khédive d’Egypte laisse les Britanniques à la manœuvre qui occupent militairement la région, laissant les puissances coloniales pérenniser leur présence dans la région. Les Italiens d’abord qui en 1890 créent la colonie d’Erythrée, puis les Français qui en 1901 créent la «côte française des Somalis» qui devint par après Djibouti. En 1905, soucieux d’asseoir leur hégémonie économique les Britanniques créèrent un autre port dans une volonté de remplacer celui de Suakin, Port-Soudan.

Les mosquées de Suakin

Les deux mosquées de l’île furent restaurées en 1866-1872

A la fin de la première guerre mondiale, la Turquie d’Ataturk aurait pu faire valoir ses droits sur Suakin de manière à donner à la Turquie moderne un emplacement stratégique en Mer Rouge, mais en 1923 l’article 17 du traité de Lausanne clos définitivement la présence turco-ottomane dans cette province et attribue la gestion à l’Empire Britannique, lequel la démantela brutalement, incorporant une partie à l’actuel Soudan et laissant l’autre partie au gré des puissances coloniales.

A propos de l'auteur

David BIZET
David BIZET
"Histoire & Chronique" est un Website qui propose une approche de l'histoire avec une certaine mise en perspective sur l'actualité

Soyez le premier à réagir à cet article "« Habeş Eyâleti », la Province Ethiopienne de l’Empire Ottoman"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*