L'expatriation au Royaume-Uni

La chasse est ouverte dans le camp d’Emmanuel Macron

Après le pauvre Saou, sacrifié en pleine campagne pour blasphème envers l’idole Charlie, c’est au tour du trop honnête Christian Gerin d’être remercié par l’équipe Macron sur injonction du CRIF pour des tweets, notamment pro-palestiniens, jugés « antisémites » : une passe d’armes qui nous rappelle l’absurdité de concevoir le vote comme un « moyen de pression », quand on voit une officine non-élue, représentant une communauté si peu nombreuse qu’elle n’apparaît même pas sur les sondages électoraux, dicter sa loi à la République… Les musulmans partis faire « barrage » dimanche dernier apprécieront.

Les réseaux laïcards et identitaires, quant à eux, s’enflamment d’une frénésie qu’on n’avait pas vu depuis la glorieuse époque des lettres à la Kommandantur pour éplucher le CV et les fréquentations des candidats En Marche « d’apparence musulmane » : ils réclament déjà la tête des dénommés Marik Fetouh, Haouaria Hadj-Chikh et Latifa Chay, pour cause de proximité avec – respectivement – l’association « Coexister », le PIR et « la mosquée UOIF de Valence » (la mosquée de Valence est affiliée à la GMP et non à l’UOIF, ndlr), qui seraient apparemment des officines secrètes d’islamisation de l’Europe (sic). La dernière aurait même porté un voile dans une mosquée, imaginez! (Hey oui, à part Malek Boutih, vous trouverez difficilement une personne d’origine maghrébine qui n’a jamais mis les pieds dans une mosquée…).

Ce nouveau maccarthisme islamophobe nous rappelle en tout cas qu’en démocratie, contrairement à ce que croient un peu trop d’imams, ce sont bien les rapports de forces et réseaux financiers et/ou médiatiques qui font le pouvoir, et pas l’hypothétique « volonté populaire » sortie des urnes… Et plus loin, il pose la question de l’inévitable communautarisation des musulmans de France, seule à même de garantir leur dignité, loin du mirage de « l’intégration républicaine » où le musulman devra sans cesse montrer patte blanche, jusqu’à ramper plus bas que terre, pour être toléré – et encore, sur un siège éjectable permanent.

A propos de l'auteur

Issâ AR-RÛMÎ
Issâ AR-RÛMÎ
Blogueur, fondateur du blog "Dar al-Murâbitîn" consacré à l'histoire et l'actualité à la lumière de l'Islam

3 Commentaires sur "La chasse est ouverte dans le camp d’Emmanuel Macron"

  1. Je croyais que la religion musulmane en France, du moins, ne devait pas s’occuper d’affaires bassement terre à terre et politiques, et que seule la spiritualité était son fond de commerce.

  2. Je me suis abstenu de participer à la mascarade du vote dit »faire barage au FN « pffff de la foutaise !! On prend les mêmes et on continue

  3. Je partage le point de vue de Nora, désabusé certes, mais oh combien lucide, hélas!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*