L'expatriation au Royaume-Uni

Les décapiteurs ; civilisateurs d’hier et barbares d’aujourd’hui !

« Barbarie », sauvagerie », « horreur » , « cruauté ». La presse occidentale n’a pas manqué pas de mots aussi critiques ces derniers jours pour qualifier l’exécution du journaliste américain James Foley, par un militant du groupe « État Islamique ». L’assassinat d’un innocent, quelle que soit sa profession d’ailleurs, est toujours un acte odieux et injuste. Mais, il nous incombe de rappeler à ces indignés, à géométrie variable, quelques vérités historiques et quelques images de leur passé criminel dont ils sont parfois fiers.

Décapitation de James Foley

Je veux parler ici, du passé colonial de la France tant glorifié par certains politiciens de notre pays qui montent aujourd’hui au créneau pour dénoncer la barbarie de l’EI et appeler à une nouvelle guerre en Irak. « civiliser les barbares » tel était l’objectif premier des envahisseurs occidentaux des territoires africains, arabes et asiatiques. D’ailleurs pour l’ancien président Sarkozy, la colonisation est « un acte de civilisation », « cessons de noircir le passé » avait-t-il martelé lors d’un meeting à Toulon en 2007. « Civiliser les barbares » passait d’abord par anéantir toute résistance à ces campagnes d’humiliation et de mépris.

Pour atteindre cet objectif de « civilisation des barbares », tous les moyens furent bons pour intimider celles et ceux qui refusèrent de se soumettre aux ordres du colonisateur. Les Rifains, peuple berbère du nord marocain, furent parmi les premiers à se soulever contre le colonisateur espagnol soutenu par les troupes françaises et les collabos du Makhzen. Avant de bombarder le Rif avec des armes chimiques, l’armée espagnole d’Afrique eut recours à des méthodes de répression brutales comme la décapitation, très utilisée notamment après ses défaites initiales lors de la guerre de Mélilla en 1909 (cf. photos ci-dessous).

Des rifains décapités par les espagnols

Des têtes de Rifains décapités par les troupes espagnoles, 1922

Des têtes de rifains décapités par l'armée espagnole d'Afrique

Des têtes de rifains décapités l'armée espagnole d'Afrique

Petit rappel des propos de Paul Painlevé, ministre français de la Guerre tenus le 2 juillet 1925 en parlant du soulèvement des Rifains : « Ces barbares ! Ces populations obscures … qui diffèrent de nous, par la couleur de la peau et qui, ayant “tout à apprendre de l’Europe” n’en menacent pas moins la civilisation européenne ».

Comble de l’horreur. Ces têtes sont celles de marocains d’Agouray petit village de la province de Meknès (Maroc), fièrement exposées et photographiées par l’armée française. Un trophée ! utilisé par la suite comme timbre en souvenir de ces « têtes de barbares ». Qu’y-a-t-il de plus atroce que cela ?!

Têtes d'Agourai

Ces crimes font partie certes du passé, mais l’occident ne s’est jamais excusé pour ces peuples comme l’a fait pour le peuple juif. Pire, une bonne partie de ceux qui dénoncent la barbarie de l' »État Islamique » sont les mêmes qui font l’apologie du passé colonial criminel de la France, donc de ses actes.

A propos de l'auteur

La Rédaction D&M
La Rédaction D&M
Journal des Mosquées de France : Actualité | #Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

2 Commentaires sur "Les décapiteurs ; civilisateurs d’hier et barbares d’aujourd’hui !"

  1. Eh bien je suis scandalisé par cet article qui vulgarise une pratique vieille de 100 ans et plus comme si elle pouvait être normale à notre époque parce que d’autres l’ont fait il y a longtemps… Il faudrait interdire à l’auteur de l’article d’encore écrire publiquement…

  2. L auteur de cette article ne fait que relater des fait qui se sont passés y a certainement très longtemps mais pourquoi ne pas dénoncer cela au même titre que ce que fait daesh. Les gens ont le droit de savoir ça fait partie de l histoire point final

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*