Histoire

Lubna de Cordoue, la grande intellectuelle d’al-Andalus

Publié

le

Sous le règne du Calife courdouan al-Hakam II, la société andalouse connut son apogée en matière de savoir et de culture. Et les femmes avaient toute leur place au sein de cette société. « Jouissant de droits, d’une sécurité et d’un accès à la connaissance inconnus de leurs contemporaines chrétiennes, elles ne sont en effet pas seulement admises dans cette entreprise qui vise à l’excellence civilisationnelle sous la bannière de l’Islam : elle en sont, bien souvent , les rouages voire les moteurs indispensables.

Copistes, muhaddithât, calligraphes, poétesses, traductrices, juristes, secrétaires de palais ou conteuses, elles peuplent, par milliers, les chancelleries omeyyades et les assises de science, tiennent la haute main sur la poésie et les arts, rapportent et enseignent hadith et œuvres des plus grands savants de l’Islam à de nombreux étudiants qui viennent même, parfois, à dépasser leurs maîtres dans le savoir. »¹

« Dans la cité palatiale de Madînat az-Zahrâ, une femme jouit plus particulièrement d’un rôle de premier plan : Lubna de Cordoue, peut-être la plus grande intellectuelle andalouse de l’ère omeyyade. Affranchie d’origine ibérique et issue d’un milieu des plus modestes, scribe et assistante du secrétaire du palais de Abd ar-Rahman III, elle s’élève au sommet du pouvoir par son intelligence rare et monte en grade sous le règne d’al-Hakam, dont elle devient vite la secrétaire personnelle. C’est elle, notamment, qui supervise la tâche pharaonique de la constitution de la bibliothèque califale (500 000 ouvrages) en tant qu’experte en acquisitions littéraires. Copiste de grand talent, elle-même n’hésite pas à reproduire, traduire, commenter et annoter de sa main de nombreux volumes de savants grecs antiques tels qu’Euclide ou Archimède. Car la grande passion de Lubna, c’est le ‘ilm al-hisâb : les mathématiques, l’arithmétique, l’algèbre et la géométrie, dont elle résout les problèmes les plus complexes et dont elle est si férue qu’elle prend grand plaisir à enseigner aux enfants les tables de multiplications lorsqu’elle marche dans les rues de la capitale. Véritable génie de son temps au savoir et aux compétences hors norme, polymathe comme l’époque le voulait, elle maîtrise enfin à la perfection la calligraphie, la philosophie, la grammaire et la poésie…. »¹

A sa mort en 984 (G), les quartiers de Cordoue pouvaient compter jusqu’à 170 femmes lettrées chargées de copier des livres.

(¹) Le roman des Andalous, ‘Issâ Meyer, pages 280/282

Je commente

Les plus lus

Tous droits réservés © 2013-2021

Quitter la version mobile