L'expatriation au Royaume-Uni

Mulhouse : après les tags racistes sur une mosquée, le silence assourdissant de la mairie

Comment expliquer cet étranger silence des autorités locales à Mulhouse suite aux tags racistes et nazis découverts vendredi sur les murs d’un bâtiment appartenant à une association musulmane ? Pourtant, par le passé des tags racistes et antisémites sur des édifices autres que des mosquées (comme l’école Pierre Brossolette du quartier de Bourtzwiller) avaient poussé le maire de l’époque Jean Rottner à condamner un “acte odieux” dont “les coupables une fois retrouvés doivent faire l’objet d’une peine exemplaire”.

«Au-delà de l’atteinte portée à un bâtiment scolaire, je suis révolté par la présence de croix gammées et de mentions antisémites. Je tiens à exprimer mon entier soutien à la communauté éducative et à la communauté israélite, toutes deux visées par cet acte odieux”, écrivait Jean Rottner et de poursuivre “L’école est un espace où les valeurs de la République s’expriment pleinement afin d’éduquer et faire progresser nos enfants. J’ai immédiatement ordonné que la Ville de Mulhouse porte plainte contre ces agissements inadmissibles. Je souhaite que les coupables, une fois retrouvés fassent l’objet d’une peine exemplaire», assurait-t-il Et de conclure : «Je ne saurais tolérer, dans notre ville, une quelconque forme de racisme et d’antisémitisme qui portent gravement atteinte à nos efforts en faveur du vivre ensemble.»

En attendant pareille condamnation ferme, une plainte a été déposée au commissariat par les responsables de l’association musulmane visée et un dossier a été constitué par la section locale du Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), qui appelle par ailleurs la nouvelle mairesse de Mulhouse Michèle Lutz “à prendre ses nouvelles responsabilités et à condamner le plus rapidement possible cet acte islamophobe.”

Ces tags intervenait quelques heures après l’annulation de la venue au Rassemblement Annuel des Musulmans de l’Est du conférencier Hassan Iquioussen suite à une polémique provoquée par la LICRA qui lui reprochait des “propos antisémites” prononcés il y a plus de dix ans. La LICRA, cette officine islamophobe qui n’a toujours pas condamné ces tags.

A propos de l'auteur

La Rédaction D&M
La Rédaction D&M

Journal des Mosquées de France : Actualité | #Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

1 Commentaire sur "Mulhouse : après les tags racistes sur une mosquée, le silence assourdissant de la mairie"

  1. ce pays et surtout cest politichiens me dégoûte de plus en plus. Ça aurait été des tags commis sur une certaine communauté la ça aurait été le bordel en France. Les médias auraient relayés ça 24h/24. Je suis bien content d’être partis de ce pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*