L'expatriation au Royaume-Uni

Vasco de Gama, explorateur, et tueur de musulmans à ses heures

Figure majeure de l’histoire du Portugal, Vasco de Gama, si il n’a pas « découvert » les Indes, est néanmoins considéré comme le premier européen ayant rejoint par la voie maritime cette partie de l’Asie en 903 de l’hégire (1497). Grand explorateur, il organisera plusieurs expéditions à destination du sous-continent indien, ceci en vue de rivaliser avec la poussée exploratrice espagnole en la matière, permise grâce à Christophe Colomb.

Empruntant le Cap bonne espérance en passant par l’Afrique du Sud, les portugais, empêchés de pouvoir correctement commercer en passant par les territoires désormais ottomans, tenteront, en cette fin du Moyen Age, de s’accaparer l’Océan Indien alors aux mains des musulmans. Si ils entretiennent de bons rapports diplomatique avec les royaumes et Etats islamiques autour du Mozambique, point nécessaire de ravitaillement, les choses tourneront rapidement au vinaigre avec non seulement l’un d’être eux, mais surtout avec Calicut, capitale du monde musulman indien connu.

Déjà avant de rejoindre l’Inde, un premier conflit éclate avec les populations musulmanes de Malindi dans l’est africain. Les circonstances sont assez floues mais l’on sait que des locaux furent capturés et admirent sous la torture que le souverain projetait de les faire tuer. Après de courtes batailles rangées, ils arrivent à quitter l’Afrique et gagner la côte indienne grâce à Ahmed ibn Majid, célèbre poète et écrivain – prêté, ou arraché des siens l’on ne sait trop – mais aussi navigateur hors pair, qui prendra même la barre de son bateau se guidant grâce aux astres. Mais après quelques mois sur place, Vasco repartira déçu vers son Portugal natal. En effet, les portugais, recherchant désespérément le royaume de Jean, mythe populaire d’un Etat chrétien au confins du monde, ne rencontreront non seulement guère de chrétiens, mais surtout peu d’individus enclins au commerce international. Menaçant les indiens de pillage suite au refus du souverain local de leur accorder un traitement de faveur, Vasco et son équipage se feront même un temps arrêtés avant d’être libérés.

Accueilli tel un roi à son retour, accompagné du fameux Gaspar, juif indien converti au christianisme, il retentera l’aventure en 907 de l’hégire (1502). Une seconde expédition qui sonnera comme un début réel d’entreprise coloniale, que d’autres, plus tard, se chargeront de rendre réalité.

En Inde, le contact avec les portugais restés sur place et d’autres ayant suivis, s’est détérioré. Des violence éclatent. En représailles, Vasco en arrivant près de Calicut, fait bombarder la ville, déjà bombardée quelque mois plus tôt par une expédition tierce. Il lance alors un ultimatum au Zamurin de Calicut en lui ordonnant de tuer tous les Musulmans de la ville. Refusant d’abord de capituler, Vasco ira jusqu’à présenter plusieurs dizaines de ses captifs indiens sur le pont, à la vue des habitants du rivage, avant de tous les faire exécuter. Comble de l’horreur, il découpera les corps en morceaux et fait parvenir les corps démembrés au rivage, les plaçant dans une barque.

Ajoutons à cela le triste épisode du Miri, gros navire marchand ayant eu le malheur de croiser la flotte de Vasco de Gama. Parmi les 250 à 400 passagers, de riches marchands, des femmes et des enfants, tous musulmans, rentrent du Pèlerinage. Le Miri fait savoir qu’il ne veut pas combattre et propose même une rançon. Vasco refuse et fait brûler le navire, ses occupants à bord..  »Certaines femmes prenaient leurs jeunes enfants à bout de bras, et nous comprenions qu’elles nous faisaient signe d’avoir pitié de ces innocents », racontera Tomé Lopes, membre de l’équipage et grâce à qui les travers de l’explorateur seront mis sur écrits.

« Fou de Dieu », avide d’argent et d’honneur, le personnage est très décrié par nombre d’historiens. Pour obtenir le titre de comte, on dit qu’il était même prêt à faire chanter le roi en menaçant de quitter le Portugal et de se mettre au service de Charles Quint, voisin espagnol…

Sarrazins

A propos de l'auteur

Renaud KLINGLER
Renaud KLINGLER
Blogueur, fondateur du site "Sarrazins", un webzine indépendant, crée en 2016, qui a pour vocation d’apporter un regard musulman sur l’actualité

1 Commentaire sur "Vasco de Gama, explorateur, et tueur de musulmans à ses heures"

  1. pourquoi parler de ce criminel et colon impérialiste?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*