L'expatriation au Royaume-Uni

La première mosquée de Marseille était… une mosquée Ottomane

A l’heure où la vision de la grande mosquée de Marseille encore en chantier nous amène dans le futur, nous vous invitons à travers cet article dans le passé à la découverte de la première mosquée de Marseille.

Contrairement à la quasi majorité des Mosquées et salles de prières de l’hexagone, cette première mosquée marseillaise n’est pas le fait de l’immigration massive économique des trente glorieuse. En fait, ce lieu fait figure d’exception puisqu’il remonte au XVIIe siècle.

A cette époque, Marseille était un grand port militaire. La cité phocéenne pouvait compter sur son Arsenal des Galères, véritable fort -aujourd’hui démoli- car les forces armées navales primaient encore l’usage des galères qui nécessitaient une main d’œuvre composée de forçats enchaînés.

arsenal_des_galc3a8res_-_1666

L’Arsenal des Galères, mis en place sous l’administration de Colbert, dans l’actuel Vieux-Port.

C’est ainsi que le premier lieu de culte musulman de la cité phocéenne remonte aux années 1680, construits par des forçats musulmans contraints à travailler dans ces galères. Selon la légende, ce serait le Roi-Soleil qui, apprenant qu’à Istanbul les forçats chrétiens disposaient d’une chapelle pour prier, décida de sa construction.

Sa présence est attestée en 1723 à l’angle des rues Saintes et de la Paix, juste derrière le Vieux-Port à l’emplacement de ce qui est aujourd’hui un parking souterrain, puis il fut déplacé dans ce qui est aujourd’hui la place Monthyon. Bien que contestée, la présence d’une mosquée à cet endroit est attestée par plusieurs documents historiques : un article de la Revue de Marseille de 1859, ainsi que des doléances de capitaines «barbaresques» adressées aux autorités, dont une au préfet de Marseille sous forme d’une pétition datée de 1813.

extrait-revue-de-marseille

Revue de Marseille, 1859, qui atteste de la présence de la Mosquée

Le document parle de Turcs, mais il s’agit en réalité de musulmans affluents de tout le monde musulman. A cette époque, l’Empire Ottoman étant LA puissance musulmane, les musulmans issus des territoires ottomans furent assimilés à des Turcs.

Les sources indiquent que la mosquée fut détruite à la Révolution et qu’elle ne fut pas reconstruite. Mais il s’avère qu’à la destruction de l’Arsenal, les pierres de la mosquée furent déplacées et réutilisées pour en faire un café une première fois, puis une chapelle annexe à un château, dans le parc Valbelle.

La «mosquée des galériens», encore visible dans le Parc Valbelle (8e arr.).

La première mosquée de Marseille était une mosquée Ottomane

Depuis, le château a été détruit mais les restes de cette mosquée sont restés. La «mosquée de l’arsenal des galères» est classée monument historique depuis 1965 et est visible au 584 avenue du Prado.

plan-mosquc3a9e-de-larsenal-des-galc3a8res

Une mosquée classée monument historique depuis 1965

Malheureusement, de trop nombreux musulmans ne connaissent pas ce lieu, pourtant à quelques encablures du stade Vélodrome. Il est vrai qu’aucun panneau ne la mentionne malgré qu’elle soit classée monument historique par décret en 1965.

Amis marseillais, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour honorer votre histoire.

Retrouvez cet article sur le blog de notre éditorialiste David BIZET.

A propos de l'auteur

David BIZET
David BIZET
"Histoire & Chronique" est un Website qui propose une approche de l'histoire avec une certaine mise en perspective sur l'actualité

1 Commentaire sur "La première mosquée de Marseille était… une mosquée Ottomane"

  1. La «mosquée des galériens», encore visible dans le Parc Valbelle (8e arr.).mais fut détruit en parti par les révolutionnaires.
    Je constate qu ‘autrefois les mosquées en ESPAGNE EN SICILE ET AU SUD DE LA FRANCE ont été détruite par les chrétiens et les croisés alors qu’aujourdhui plusieurs églises coloniales françaises et espagnoles sont présent au maghreb ,au moyen orient et mème en AFRIQUE alors qui sont les intolérants?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*