L'expatriation au Royaume-Uni

L’Islam au cœur des campagnes françaises

Nous sommes à Ferrières-sur-Ariège, petit village boisé de 847 habitants, limitrophe de Foix (Ariège). A première vue, rien n’indique une présence musulmane dans ce coin perdu du sud de la France. Pourtant chemin des Rives, les allées et venues des fidèles se multiplient aux heures de prière, notamment les vendredis à l’occasion de la prière hebdomadaire. Et pour cause, c’est ici que la communauté musulmane locale de Foix et ses environs a bâti sa nouvelle salle de prière, ouverte depuis septembre dernier.

IMMIGRATION ECONOMIQUE

Ferrières n’est pas un cas isolé dans ce département très rural. A Auzat, petit village de 565 habitants situé à la frontière avec l’Espagne et l’Andorre vit une communauté musulmane. Une mosquée existe sise rue des Isards. L’emplacement de ce lieu de culte raconte l’histoire de la présence musulmane dans cette vallée pyrénéenne.

En effet, la mosquée jouxte l’ancienne usine d’Aluminium Péchiney, fermée depuis une quinzaine d’années où travaillaient des immigrés venus du Maghreb.

L’immigration économique est aussi à l’origine de la présence d’une importante communauté musulmane à Joinville et ses alentours en Haute-Marne. Une communauté estimée à plus de 70 familles à 4 générations.

Fin 2013, la communauté musulmane locale inaugurait en grande pompe sa mosquée située à cheval entre Vecqueville (616 habitants) et Joinville (3500 habitants). Son histoire commença dans les 70. Des immigrés venus du Maghreb pour travailler dans la sidérurgie au sein d’une entreprise familiale ; Ferry-Capitain. Son dirigeant, Pierre FERRY mit à disposition des musulmans qui y travaillaient un local pour leurs activités cultuelles. Ce local situé à Vecqueville était investi par l’Association Assalam jusqu’à l’inauguration de la nouvelle mosquée en décembre 2013. Un bel exemple de tolérance, loin du laïcisme éradicateur de nos jours.

Mosquée de Joinville 52

La nouvelle mosquée Assalam de Joinville (Haute-Marne)

En Alsace, les immigrés turcs qui représentent une part importante de l’ensemble des immigrés se concentrent essentiellement dans les grandes villes, mais pas que. On observe en effet une présence dans des petites villes voire des villages comme à Niederhaslach (1400 habitants) où une mosquée est en cours d’aménagement par la Confédération Islamique du Millî Görüş. Un phénomène qui concerne aussi les Vosges (Docelles, 953 habitants, …) et la Moselle (Loupershouse, 966 habitants ; Saint-Jean-Rohrbach, 1021 habitants, …).

Docelles, Vosges

Le village de Docelles, dans les Vosges

A La Rixouse (193 habitants) dans le Jura, personne ne peut soupçonner la moindre présence musulmane et pourtant. Rue des Baraques, une maison servant de salle de prière pour la communauté musulmane locale. Dans ce département, d’autres projets de nouvelles mosquées concernent entre autres le village d’Arinthod (1128 habitants).

Projet de mosquée à Arinthod

Arinthod, village où un projet d’une mosquée est en cours

A NE PAS CONFONDRE AVEC LA HIJRA LOCALE (ÉMIGRATION DE LA VILLE VERS LA CAMPAGNE)

Cette présence musulmane essentiellement liée à l’immigration économique ne doit pas être confondue avec l’exode de certains musulmans vers des villages ; un phénomène nouveau. Rien à voir non plus avec le “radicalisme” dont certains médias parlent pour évoquer ce phénomène. A Châteauneuf-sur-Cher (1.500 habitants), une communauté musulmane s’y est établie depuis une quinzaine d’années. Une communauté sans histoire qui possède sa mosquée, située en plein centre du village derrière le château.

Une présence qui ne dérange pas les autres habitants. Seuls nos chers médias islamophobes s’en plaignent.

Mosquée de Châteauneuf-sur-Cher

La mosquée de Châteauneuf-sur-Cher

UNE VINGTAINE DE PROJETS DE MOSQUÉES DANS DES VILLES DE MOINS DE 5.000 HABITANTS

Sur un total de 380 nouvelles mosquées en projet ou en cours de construction, une vingtaine concerne des villes de moins de 5.000 habitants comme Pîtres, Egletons, Uchaud, La Réole, Saint-Maixant, Le Barp, Ecquevilly ou encore Saint-Florentin.

Banlieusards ou campagnards, les musulmans de France ont choisi de vivre leur foi au grand jour.

La Rédaction D&M

A propos de l'auteur

La Rédaction D&M
La Rédaction D&M

Journal des Mosquées de France : Actualité | #Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

3 Commentaires sur "L’Islam au cœur des campagnes françaises"

  1. salam aleykoum,

    Banlieusards ou campagnards, les musulmans de France ont choisi de vivre leur foi au grand jour.
    AMINE……..

  2. salam alaykoum

    alors moi j’ai une question c’est comment ils sont traités par les villageois?? parce qu’ils restent quand même minoritaire dans ces petites bourgades.. sont ils favorable à ceci??

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*