L'expatriation au Royaume-Uni

Ces imams qui clament « Je suis Charlie » …

Dans la foulée de l’attentat contre Charlie Hebdo, des imams et des « responsables » musulmans se sont précipités pour défendre ardemment la liberté d’expression. Certains comme Abdelali Mamoun, ancien imam à Alfortville (94) considère que la « liberté de conscience est plus sacrée que notre prophète » bien aimée. « Je suis Charlie », avait répondu Amar Lasfar, président de l’UOIF à David Pujadas mercredi dernier sur le plateau du JT de 20h. Mr. Lasfar s’est senti tellement « coupable » qu’il s’est laissé sermonné par Caroline Fourest et Franz-Olivier Giesbert. Profil très bas donc pour le recteur de la mosquée de Lille.

La mosquée Mohamed VI de Saint-Etienne, elle aussi s’est rangée derrière le slogan « Je suis Charlie ». Des pancartes ont été accrochées à l’entrée de la mosquée vendredi dernier.

JeSuisCharlie à la Grande Mosquée de Saint-Etienne

Encore plus explicite à la mosquée de Limoges. Des banderoles ont été accrochées sur la façade principale du lieu de culte comme « La liberté [d’expression] n’est pas négociable ». Pourtant, l’UOIF à laquelle est affiliée cette mosquée faisait partie des plaignants contre les précédentes caricatures du prophète (Paix et Salutations sur Lui). Tout d’un coup, la liberté de caricaturer le prophète devient non négociable …

Une banderole (la liberté n'est pas négociable) à la mosquée de Limoges

A Cannes, c’est carrément la prière de Dohr qui a été retardée d’une heure dimanche à la mosquée Al Madina Al Monawwara pour permettre aux fidèles de la mosquée d’aller rendre hommage aux victimes des tueries de Paris. Visiblement, il y a des priorités plus importantes que la prière.

La prière de Duhr annulée à la mosquée Al Madina de Cannes

A Montpellier, l’imam Farid Darrouf, le nouveau chouchou des médias locaux a dû répondre à la question qui lui a été posée par un passant musulman lors de la manifestation de dimanche. Sa réponse fût la suivante : « Je suis Charlie pour la liberté de l’expression ».

Tareq Oubrou, la figure la plus libérale de l’UOIF a quant à lui estimé qu’il fallait répondre « à la caricature par la caricature, et à la satire par la satire ». Pire, selon lui, la nouvelle UNE de Charlie Hebdo qui sera tiré à 5 millions d’exemplaires ce mercredi, et qui représente « Mahomet en pleurs » brandissant une pancarte « Je suis Charlie » est « même un acte de gentillesse ». Pour lui, « l’intention de ces caricatures c’est l’apaisement ».

On ne sait pas encore si Tareq Oubrou et tous les « Charlie » musulmans s’abonneront à ce « journal » qui a insulté à plusieurs reprises 1,5 milliards de musulmans.

Tareq Oubrou Chalghoumi et l'ambassadeur d'Israël

Condamner, OUI ! mais pas se courber ou se sentir coupable au point de se taire sur tout insulte visant les musulmans. Je suis musulman, je condamne les attentats, je ne suis pas Charlie et je ne le serai jamais !

La Rédaction D&M

A propos de l'auteur

La Rédaction D&M
La Rédaction D&M
Journal des Mosquées de France : Actualité | #Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Soyez le premier à réagir à cet article "Ces imams qui clament « Je suis Charlie » …"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*