L'expatriation au Royaume-Uni

Tours : l’agglomération au secours de la Grande Mosquée

Sans donner de montant, Philippe Briand a confirmé hier que Tour(s) plus soutiendrait financièrement la reprise du chantier, dans sa partie culturelle.

Mosquée

Aucune mosquée ne s’est construite du jour au lendemain. Salah Merabti n’a jamais perdu sa foi dans la reprise du chantier de la future mosquée de Tours au point mort depuis un an et demi maintenant. La visite de plusieurs élus de l’agglomération a redonné un peu d’espoir au président de la communauté islamique d’Indre-et-Loire. C’était hier zone du Menneton à l’occasion de la journée portes ouvertes du site, rue Charles-Bedaux. Après la prière, organisée sur la dalle de béton destinée à devenir parking une fois le lieu de culte terminé, Philippe Briand, maire de Saint-Cyr-sur-Loire et nouveau président de Tour(s) plus, a assuré Salah Merabti, que la collectivité soutiendrait la reprise du chantier.

« Débloquer le dossier rapidement »

Sans avancer de montant précis, Philippe Briand a précisé vouloir « débloquer le dossier, rapidement, pour sécuriser la dalle et amortir tous les investissements qui ont déjà été réalisés ».

Exclusivement réservée à la partie culturelle et sociale, insiste le président de Tour(s) plus, cette subvention devrait faire l’objet d’une réunion dans les prochaines semaines. « On ne peut pas laisser des gens comme ça. C’est une question de dignité. » Une référence à la saturation de l’actuelle mosquée de la rue Lobin. « Ça devient impossible. C’est un quartier résidentiel et on fait tout pour que ça se passe bien, mais il y a forcément des problèmes de stationnement », confirme Salah Merabti, qui voit affluer 800 fidèles chaque vendredi soir à l’heure de la prière.

Impatient de compter parmi les « rares mosquées à avoir un centre culturel », ce dernier ne se prêtera en tout cas pas au jeu des prévisions. « Malin est celui qui vous dira si c’est pour dans un ou deux ans. »

En chiffres

2,3 millions d’euros ont déjà été injectés dans la construction de la mosquée (1 million pour la partie culturelle et 1,3 million pour le lieu de culte). Selon Salah Merabti, la construction du centre culturel pourrait encore nécessiter 1 million d’euros, mais sans certitude, les devis datant de plusieurs années. Au début du projet, l’architecte tablait sur un coût total de 7,5 millions d’euros. Manquerait donc encore plus des deux tiers du budget. Sauf, à compter avec la crise du bâtiment, qui pourrait venir alléger la facture du 1er étage du bâtiment encore inexistant.

Source : lanouvellerepublique.fr

A propos de l'auteur

La Rédaction D&M
La Rédaction D&M
Journal des Mosquées de France : Actualité | #Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

Soyez le premier à réagir à cet article "Tours : l’agglomération au secours de la Grande Mosquée"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*