L'expatriation au Royaume-Uni

Nemours (77) : le chantier de la mosquée à l’arrêt

L’inspection du travail a suspendu le chantier de la mosquée situé au Mont Saint-Martin alors que l’actuelle salle de prière des musulmans doit être détruite en décembre prochain.

Chantier mosquée Nemours

«Risque de chutes en hauteur et absence de tout dispositif de protection collective» : voici la constatation de l’inspection départementale du travail qui s’est rendue le 7 août dernier sur le chantier de la future mosquée de Nemours, situé rue des Guichettes dans le quartier du Mont Saint-Martin. Un motif suffisant pour suspendre immédiatement le chantier de l’association musulmane Al Anwar, injoignable au téléphone malgré de multiples tentatives. Une péripétie de plus dans ce tumultueux dossier débuté en 2010. À l’époque, Al Anwar avait signé avec la mairie un bail emphytéotique de 1 600 m2 pour construire la mosquée, et ensuite reçu un permis de construire pour son centre cultuel et culturel de 988 m² en 2012 avant que la députée-maire Valérie Lacroute ne décide à la fin de l’année dernière de résilier le bail emphytéotique. Le chantier, commencé en septembre 2012, avait été stoppé deux mois plus tard par l’édile nemourienne avant de voir, en janvier dernier, le tribunal administratif de Melun donner tort à la municipalité concernant la rupture du bail emphytéotique et l’arrêté d’interruption des travaux par la maire, qui considère notamment que le projet, «trop important» à ses yeux, devait être revu à la baisse pour ne pas devenir «un lieu de culte régional».

Remplacement

La récente décision de l’inspection du travail tombe bien mal pour Al Anwar. En effet, l’association doit quitter la salle François-Villon, où prient les musulmans en attendant la fin des travaux de la future mosquée, avant le 15 octobre. La raison ? La réhabilitation de la cuisine centrale dont les travaux, après avoir déjà été repoussés, sont prévus pour décembre prochain et qui impliquent la démolition du lieu de culte provisoire. C’est pour tenter de trouver un autre endroit de prières que Valérie Lacroute et l’association ont ainsi renoué le contact le 29 août dernier après presque un an d’absence de dialogue. Sans pour autant trouver de solution. «L’association est depuis longtemps au courant de la réhabilitation de la cuisine centrale, explique Valérie Lacroute. En termes de bâtiments communaux et de patrimoine communal, je n’ai plus rien à proposer à Al Anwar. J’ai interrogé l’OPH (Office Public de l’Habitat) Val de Loing pour leur trouver quelque chose, mais j’ai également soumis l’idée qu’ils puissent aller voir d’autres communes le temps que la construction de la mosquée se termine.» Concernant cette dernière, l’élue campe sur ses positions : «J’ai été une nouvelle fois très clair avec Al Anwar : oui à une salle de prière puisqu’il en existait déjà une avant, mais non à la taille qui est en prévision. Ce qui est paradoxal, c’est que l’association cherche un lieu provisoire pouvant accueillir une cinquantaine de personnes, alors que ce qui est en train de se construire aurait une capacité d’accueil de 500 personnes ! Concernant les délais, Al Anwar m’a affirmé que la mosquée devrait être sur pied d’ici un an.» À moins d’un nouveau contre-temps.

Source : larepublique77.fr


Agrandir le plan

A propos de l'auteur

La Rédaction D&M
La Rédaction D&M
Journal des Mosquées de France : Actualité | #Islamophobie | Événements | Histoire | Chroniques | Éducation | Spiritualité

1 Commentaire sur "Nemours (77) : le chantier de la mosquée à l’arrêt"

  1. chérs fréres muslims

    Soyez persévèrant et respectés les normes de sécurités .

    Que la mairesse valérie Lacroute s’occupe des problèmes de délinquance ,de logements pour tous d’équité,ect..et qu’elle cesse d’ètre manipulé par le FN et les identitaires .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*